Elliot du Néant – David Calvo

Présentation de l’éditeur

Islande, 1986. Dans la petite école d’Hafnafjordur, entre une falaise arpentée par les fées et un champ de lave hanté par le passé, se noue un drame cosmique aux fantastiques implications. À la veille de la grande kermesse annuelle, Elliot, le très vieux concierge muet, a quitté sa chambre sans fenêtres, fermée de l’intérieur. Bracken, le professeur de dessin, part à sa recherche flanqué de deux tortues, sans se douter que cette aventure l’amènera à franchir le seuil de la réalité, là où absurde, poésie et dangers se fondent en une vertigineuse chasse aux secrets.

Et si le Néant était quelque chose plutôt que rien ?

Mon avis

Tout ici est illusion, mais illusion réelle. Les trompe-l’œil ne sont pas là pour tromper. Ils sont devenus la nature.

Bracken est français et prof de dessin, dans une école, en Islande. L’Islande et ses paysages volcaniques, l’Islande et ses légendes féériques. Enfin, l’école il l’a quitté. Parce qu’il a perdu un défi contre le professeur de mathématique qui a réussi mieux que lui à la main à dessiner par ordinateur. Mais on le rappelle : Elliot, le concierge, a disparut depuis une pièce fermée de l’intérieur. Bracken était un des rares à avoir parlé à ce vieil homme autiste, il était un des rares à bien le connaître.

Ceci n’est pas un roman policier, loin de là. Si enquête il y a, c’est celle-ci : qu’est-ce que le Néant, si ce n’est pas rien ? Et qu’est-ce qu’Elliot en a fait ? Ou plutôt où est-il aller ?

Ce roman est pour le moins déroutant. « Difficile à résumer » est l’un des plus simples qualificatifs qu’on puisse lui attribuer. David Calvo, en vrai orfèvre des mots, mêle dans son intrigue la poésie de Mallarmé à la musique de Nik Kershaw et à la subtilité de l’art du dessin. Du Ptyx, du rock, de l’absurde, totalement irrationnel en somme ! L’auteur crée un monde, le néant, peuplé de créature marine, ou la marée dure dix ans et où les iceberg sont creusés de grottes profondes. Cet imaginaire nous entraîne dans une étrange magie, pas celle des fées, mais celle du talent, du pouvoir de l’artiste qui devient créateur du monde, un démiurge, le maitre du monde.

C’est peut-être difficile à lire, et à comprendre, surtout quand on ne saisit pas toutes les références littéraires et musicales – je connaissait Mallarmé, mais pas Kershaw – mais pour autant, la fascination que ce roman a rapidement exercé sur moi, simple lectrice, m’y a accroché jusqu’au bout. Je voulais savoir où tout ça allait mener Bracken notre narrateur. Et la fin, pour le moins inattendue, donne matière à réfléchir.

Mention spéciale pour Roméo et Diane, le couple de tortues dont les dialogues décalés m’ont fait rire plus d’une fois. Ainsi, Elliot du Néant n’est pas juste un roman plein d’obscures réflexion sur le néant, il y a aussi de l’humour, et des éléments totalement inattendus. L’ensemble est très travaillé. La qualité de ce roman est, pour moi, indéniable, cependant, on est loin des canons de la fantasy (si c’est on peut appeler ça fantasy, parce que je ne peux pas plus l’appeler science fiction ou fantastique) et on est parfois perdu, souvent perplexe. L’irrationalité, le décalage de la réalité, le caractère tellement atypique de ce roman est extrêmement perturbant et je crains que cela ne plaise pas à tout le monde. Pour ma part, pour un nouveau roman piqué au pif à la bibliothèque, je n’ai pas regretté le voyage.

Le clip de The Riddle, la chanson de Nik Kershaw évoquée dans le roman. Ca a l’air vieillot, mais personnellement, je trouve ça génial.

____________________________________________________________________________

David CALVO. Elliot du Néant. Editions La Volte, 2012. 312 pages.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s