Le combat d’hiver – Jean-Claude Mourlevat

Couverture - Le combat d'hiver

Le Combat d’hiver

Jean Claude MOURLEVAT

Editions Gallimard Jeunesse, 2007

330 pages

Présentation de l’éditeur

Le combat d’hiver est celui de quatre adolescents, deux filles et deux garçons, évadés de leur orphelinat-prison pour reprendre la lutte perdue par leurs parents, quinze ans plus tôt. Ont-ils la moindre chance d’échapper aux terribles « hommes-chiens » lancés à leur poursuite dans les montagnes glacées ? Pourront-ils compter sur l’aide généreuse du « peuple-cheval » ? Survivront-ils à la barbarie des jeux du cirque réinventés par la Phalange ? Leur combat, hymne grandiose au courage et à la liberté, est de ceux qu’on dit perdus d’avance. Et pourtant.

Mon avis

Helen et Milena, orphelines, ont fait  connaissance à l’internat pour filles. C’est un établissement qui ressemble à une prison et ne les autorise à sortir que quelques fois par ans pour rendre visite à leurs consoleuses, des femmes qui se comportent envers elles comme de vraies mères, avec tendresse et affection. Seulement, un jour en allant au village des consoleuses, Helen et Milena rencontrent Milos et Bartolomeo, de l’internat des garçons. Quelques heures plus tard, alors qu’Helen sort de chez sa consoleuse, Milena a disparu. Elle se voit alors contrainte de rentrer seule à l’internat , attendant les réprimandes et le supplice de voir une autre fille se faire enfermer au cachot à la place de Milena. C’est alors que Milos revient la voir en cachette pour lui apprendre que Bartolomeo est parti aussi et qu’il a des révélations à lui faire…

Ce monde gouverné par la Phalange, sorte de dictature sans visage est décrit par le prisme de l’internat avec une grande dureté. On n’en sait pas grand chose, à part que la Phalange a éliminé ceux qui lui résistaient et a fait enfermer leurs enfants, qu’elle est servi par des hommes-chiens, véritables chasseurs d’homme. On comprend vite que ce sont les « méchants ». Mais en soi, elle n’est pas incarnée par et on a presque du mal à croire à son ombre menaçante. On est plus préoccupé par le sort des enfants et de leur vie quotidienne, de leur combat, celui qu’ils mènent à leur hauteur, inégale de l’un à l’autre des personnages. Autant Milena a un rôle central, autant Helen est plus laissée de côté.

J’ai tout de même apprécié de suivre ces aventures, ce combat d’hiver. Il lui manque quelques petites choses pour en faire un coup de coeur, mais c’est un bon divertissement, avec des rebondissements, de l’action, et des scènes plus émouvantes.

A lire si vous aimez l’univers de Jean-Claude Mourlevat !

_______________________________________________________________________
  • Déjà lu :

Du même auteur : Terrienne.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s