Northanger Abbey – Jane Austen

Couverture Northanger Abbey

Jane AUSTEN
Northanger Abbey (traduit de l’anglais par Josette Salesse-Lavergne)
Editions 10/18, 1996
286 pages.
Collection Domaine étranger

Présentation de l’éditeur

Par sa gaucherie, ses rêveries naïves et son engouement pour les vieux châteaux, Catherine Morland semble loin de modèles de vertu. Mais si cette jeune Bovary délicatement british n’a rien d’une héroïne, c’est que Jane Austen s’amuse ! Et nous emporte, d’une plume malicieuse, d’un bout à l’autre du plus moderne des romans austeniens.

Mon avis

Catherine Morland est invitée par ses voisins, Mr et Mrs Allen, à leur tenir compagnie à Bath où ils vont passer quelques semaines. C’est la première que Catherine quitte sa famille, ses parents et ses nombreux petits frères et soeurs. Son séjour à Bath n’est alors plus que bals, promenade, pièces de théâtre, amitiés – avec Isabelle ou Eleanor -,  et rencontre de jeunes hommes charmants, dont Henry Tilney. Son père, le respectable Général Tilney, l’invite alors à passer quelques jours en compagnie de Henry et Eleanor dans leur demeure : Northanger Abbey. Un nom qui frappe tout de suite les oreilles romantiques de Catherine, évocateur d’aventures et de récits d’amour tragique… Elle n’avait rien d’une héroïne, pourtant la voilà en train d’en devenir une. Reste à voir quel sera son destin !

Au départ je n’avais pas l’intention de lire ce roman-là de Jane Austen. Et puis on m’a prêté le coffret de Dvd des films adaptés de ses romans par la BBC, et j’ai tout vu et je me suis empressée d’acheter le roman pour aussitôt m’y plonger… Et j’ai retrouvé avec beaucoup de plaisir la plume malicieuse de l’auteur qui met à jour les travers de ses personnages. Ils semblent tous, l’héroïne en premier, qui avoue bien qu’elle est très naïve. Le récit se passe tranquillement, avec plus de dialogues que d’actions. L’impression est en effet qu’il ne se passe pas tant de choses à Bath : on fait beaucoup les mêmes choses (se montrer aux bals ou au théâtre…) et surtout on y parle beaucoup. Et, en tant que lecteur, on savoure ces dialogue où transparaissent la moquerie affectueuse et l’ironie amusée de l’auteur. Les dialogues sont savoureux et truculents, avec des personnages qui ne cessent de se contredire. Pourtant, l’auteur ou le personnage principal ne formule presque aucun jugement sur ces comportements étranges et contradictoires. Le lecteur est mis face au fait et il se crée avec l’auteur une délicieuse complicité.

Jane Austen offre également critique en demi-ton sur la littérature de l’époque, notamment les romans gothiques comme Le Moine de Matthew Gregory Lewis ou les œuvres d’Anne Radcliffe dont Les mystères d’Udolphe sont si chers à l’héroïne. Celle-ci apparaît comme une Emma Bovary avant l’heure, influencée par les romans dont la lecture a débridé son imagination. Cependant Catherine Morland n’est pas une héroïne tragique ou pathétique. Ce n’est même pas une héroïne, comme le souligne Jane Austen, s’amusant des codes romanesques de la littérature de son temps.

Ce n’est pas le roman le plus connu et encensé de Jane Austen, mais je l’ai beaucoup aimé. Le lire m’a particulièrement amusée et par moments, je riais toute seule au fil de la lecture.

Le film Northanger Abbey (2007)

Northanger Abbey, le filmRéalisé par Jon Jones ; scénario d’Andrew Davies ; avec Felicity Jones, Carey Mulligan, JJ Feild, William Beck, Liam Cunningham ; produit par la BBC

Le parti pris est un peu différent du roman. On voit moins la bêtise de certains personnages. Cependant l’influence des romans sur l’imagination de Catherine est plus accentuée. On la voit se faire des scénarios, rêver d’aventures… au risque de se méprendre sur la réalité des choses et de se brouiller avec ses amis. On retrouve bien le côté ingénu de Catherine et celui plus taquin de Henry Tilney. L’ensemble reste léger et drôle et c’est pour moi un bonne adaptation de l’œuvre de Jane Austen.

Challenge Destins de femmes chez Tête de Litote

Publicités

3 réflexions sur “Northanger Abbey – Jane Austen

  1. La finesse de l’ironie de Jane Austen est toujours assez difficile à rendre à l’écran mais c’est plutôt une bonne adaptation. D’ailleurs, si elle t’a donnée envie de lire le livre, son rôle est bien rempli :)

  2. je n’ai pas été sensible à l’humour qui est visiblement présent… je suis contente d’avoir lu du Jane Austen mais je n’ai pas été particulièrement emballée par cette lecture!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s