Légendes d’automne – Jim Harrison

Couverture - Légendes d'automne

Jim HARRISON

Légendes d’automne (traduit par Serge Lentz)

Editions 10/18, 1985.

318 pages.

Contient : Une vengeance… ; L’homme qui abandonna son nom ; Légendes d’automne.

.

Présentation de l’éditeur

Au fil de ces trois novelas puissantes et sauvages, Jim Harrison compose une tragédie moderne où la violence, la rédemption et l’amour vibrent à chaque page. De  Cochran, l’ancien militaire laissé pour mort, à Tristan Ludlow, parti pour le front en 1914, la vengeance immuable est au coeur de leur destin.

Mon avis

Comme l’annonce la quatrième de couverture, Légendes d’automne contient en fait trois nouvelles de Jim Harrison.

Dans Une vengeance…, un homme agonisant est retrouvé dans le désert mexicain. Cochran a été tabassé et laissé pour mort pour avoir eu une liaison avec la femme d’un de ces dangereux caïds mexicains, Tibey, un ancien ami. Il est soigné dans une mission mennonite et repart à la recherche de son amante et de son tortionnaire.

L’homme qui abandonna son nom retrace la vie de Nordstrom. Celui-ci a rencontré sa femme dans un cours de danse moderne à l’université. Vingt ans plus tard, il a repris la danse, mais il est divorcé et passe régulièrement du temps avec sa fille, l’invite dans des villas et lui cuisine de bons plats. Arrivé à un tournant de sa vie, il réfléchit à la manière dont il l’a mené et envisage de quitter son travail de directeur d’une entreprise pétrolière. Dans cette recherche de lui-même, il se retrouve confronté à Slats, une brute qui tente de lui extorquer de l’argent.

Légendes d’automne est la saga d’un homme, Tristan Ludlow. Parti pour la guerre, hanté par la mort de son frère Samuel au front, il finit par devenir un genre d’aventurier et revient dans son Montana natal après avoir touché l’Europe, l’Afrique, l’Asie… Il traverse les époques, avec sa famille et les tragédies qui parcourent les vies mouvementées et tourmentées.

Ces trois nouvelles ont comme un fil conducteur : la vie d’hommes exceptionnels, animés par l’esprit de vengeance et le désir de rédemption. La violence est présenté comme le seul exutoire à la culpabilité et au chagrin. Les trois récits sont des vagues puissantes qui embarquent leur lecteur vers des eaux à la profondeur insoupçonnée : celle de l’âme humaine. Ecriture passionnée qui devient passionnante, évocatrice d’aventures et de liberté, celle des grands espaces, celle que donne l’audace et le caractère indomptable des personnages. Je manque de mots pour dire à quel point ces trois nouvelles ont été un vrai bonheur à lire? J’avais l’impression de m’évader irrésistiblement vers d’autres terres… Un régal pour l’esprit !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s