Bohème – Mathieu Gaborit

Couverture - Bohème

Mathieu GABORIT

Bohème

Editions Folio, 2010.

385 pages

Collection SF

.

Présentation de l’éditeur

Après la révolution industrielle, l’Europe a été submergée par une substance étrange et dangereuse, l’écryme. Reliées par un fragile réseau de traverses d’acier, seules quelques cités gouvernées par l’aristocratie capitaliste émergent dans cette mer corrosive. Mais sou le joug de la Propagande, la révolte gronde…

Quand un dirigeable porteur d’une précieuse cargaison clandestine s’échoue dans l’écryme, c’est Louise Kechelev, avocate-duelliste et fille de révolutionnaires praguois, qui est chargée de récupérer la cargaison. Dans la même zone, un régiment de hussard en mission de reconnaissance a été décimé par une mystérieuse crise de folie. Seul survivant, le commandant Léon Radurin doit fuir les foudres de la Propagande.

Pour Louise et Léon, c’est le début d’un voyage sans retour aux confins des traverses, où se murmure le nom d’une cité perdue : Bohème.

Mon avis

Autant le dire tout de suite, ce roman est, par rapport aux attentes qu’il a soulevé, globalement décevant.

L’ambiance et le contexte général sont pourtant bien trouvé : on est dans un univers steampunk où, au moment de la révolution industrielle, la nature s’est « rebellée » face au progrès et aux machines, et a couvert la surface de la Terre de l’écryme. Seules quelques villes y ont échappé (Prague, Moscou, Paris…) et sont reliées entre elles par des passerelles métalliques ou leur liaison est assurée par des dirigeables, au dessus de l’écryme. Pourtant, cela n’empêche pas un culte du scientisme et du progrès de se développer. De même, des usines restent bien implantées et fonctionnent à plein régime. En matière de politique, c’est une dictature capitaliste, fortement appuyée par les ministères de la Guerre et de la Propagande, qui domine, avec sa nuée de Métropolites, Mouches et Dégraisseurs pour traquer les erreurs administratives, éliminer les opposants et faire toute la sale besogne. Et puis, forcément, comme ça se passe à Moscou, la révolution sera soviétique.

Le résumé annonce deux personnages : Léon et Louise. Le problème c’est qu’on les perd vite de vue dans la masse des autres personnages secondaires qui composent l’histoire. Louise est en effet le personnage principal et elle joue un rôle clé dans l’histoire. Son métier d’avocate-duelliste promet d’ailleurs une personnalité complète, intelligente, sportive, battante… un aspect qui apparaît assez peu en fait. Si bataille il y a, il est rare que ça soit elle qui les mène. Léon quand à lui est juste un personnage secondaire comme il y en a une dizaine d’autres dans le roman. C’est un peu comme ces personnages dont on adopte un moment le point de vue et dont on raconte l’histoire en quelques pages pour l’abandonner ou l’éliminer ensuite (par exemple en fantasy, il m’est déjà arrivé de remarquer que certains personnages sont justes là pour l’ambiance : c’est un garde qui se gèle alors qu’il fait le guet et il est assassiné par un ennemi qui s’est faufilé entre les lignes : début de la pagaille, on revient au personnage principal). Dans Bohème, ce procédé est omniprésent. De fait, on a une multitude de personnages qui font des choses sans qu’on soit sûr que ça soit vraiment utile pour le déroulement de l’intrigue ou notre connaissance de l’histoire. Et il est impossible de se focaliser sur un seul personnage, d’apprécier sa personnalité, ses caractéristiques, le rôle qu’il joue dans le roman. Ici on à presque pas de psychologie, la personnalité est à peine effleurée. L’intrigue m’a également semblé résolue à la va-vite : les choses importantes sont livrées trop facilement, la solution au problème est presque simpliste, la fin en paraît bâclée.

Alors qu’on avait une atmosphère steampunk séduisante et plutôt bien composée, le constat qu’on fait à la fin du roman est bien triste et le sentiment final est celui de la déception.

Challenge Vide ta PAL

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s