Suscker Punch – Zack Snyder

Affiche - Sucker Punch

Année de production : 2011. Long métrage américain.

Genre : Fantastique. Action. Thriller.

Réalisé par : Zack Snyder.

Avec : Emily Browning, Abbie Cornish, Jena Malone, Vanessa Hudgens, Jamie Chung, Oscar Isaac…

Synopsis :

Fermez les yeux. Libérez-vous l’esprit. Rien ne vous prépare à ce qui va suivre.

Bienvenue dans l’imaginaire débordant d’une jeune fille dont les rêves sont la seule échappatoire à sa vie cauchemardesque… S’affranchissant des contraintes de temps et d’espace, elle est libre d’aller là où l’entraîne son imagination, jusqu’à brouiller la frontière entre réalité et fantasme…
Enfermée contre son gré, Babydoll a toujours envie de se battre pour reconquérir sa liberté. Combative, elle pousse quatre autres jeunes filles – la timorée Sweet Pea, Rocket la grande gueule, Blondie la futée, et la loyale Amber – à s’unir pour échapper à leurs redoutables ravisseurs, Blue et Madame Gorski – avant que le mystérieux High Roller ne vienne s’emparer de Babydoll.
Avec Babydoll à leur tête, les filles partent en guerre contre des créatures fantastiques, des samouraïs et des serpents, grâce à un arsenal virtuel et à l’aide d’un Sage. Mais ce n’est qu’à ce prix qu’elles pourront – peut-être – recouvrer la liberté…

Mon avis

Il est difficile de parler d’un tel film sans en dire, sans dévoiler les clés qui se révèlent au fur et à mesure du visionnage. Il m’a un peu désemparée et c’est une des raisons pour lesquelles j’ai tant tardé à le chroniquer. J’hésite encore à la manière de la qualifier : simple blockbuster d’action ? Film de génie ?

Il y a une chose sur laquelle je suis sûre : c’est que, même si je suis toujours dubitative quand on veut me montrer des filles avec des gros pistolets et des petites tenues, on ne peut pas le limiter à un simple film d’explosion et d’action.

Autres faits certains : le traitement de l’image est magnifique, la BO dépote (la reprise de « Sweet dreams » par Emily Browning, Björk…), les scènes de combat sont spectaculaires, avec ralentis à l’appui, et une intrigue qui dépasse, je l’ai déjà dit, celle du simple film d’action, en y introduisant des éléments surnaturels, fantastiques ou psychologiques. Et ces trois termes sont à prendre avec des pincettes. Je trouve admirable qu’un tel sujet soit traité de cette manière. Il y a le désir de s’échapper, de s’enfuir, d’une prison, comme de la réalité.  L’imaginaire est alors la seule issue et on a un peu l’impression que c’est le prétexte pour faire des scènes spectaculaires au traitement visuel particulier. Je n’arrive toujours pas à me décider sur la manière d’interpréter et de considérer ce film. Il y a la possibilité de bâtir une multitude d’interprétations et d’appréciations.

Pour ceux qui ont vu le film, voici la critique détaillée d’un autre bloggeur. Je trouve son interprétation intéressante, même si je ne suis pas aussi radicale.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s