Un drôle de père – Yumi Unita

Couverture - Un drôle de père 01

Yumi UNITA

Un drôle de père : le monde n’est-il pas mieux que ce que tu avais imaginé ?

Editions Delcourt, 2008

10 tomes.

Collection Johin

.

Présentation de l’éditeur

Alors qu’il se rend aux funérailles de son grand-père, Daikichi apprend que ce dernier avait eu, dans les dernières années de sa vie, une relation avec une jeune femme. De cet amour est né une petite fille, Rin, qui a désormais six ans. Rin est donc la fille de son grand père, mais aucun membre de la famille ne veut s’occuper d’elle. Daikichi, touché par la situation de la petite fille, décide de la prendre en charge. Une nouvelle vie commence alors pour le jeune homme…

Alors qu’il n’aime pas les enfants, Daikichi, un jeune célibataire de trente ans, décide de prendre en charge une gamine de six ans. Rin, qui vient de perdre son père et dont la mère a disparu, est une fillette plutôt réservée. Mais grâce à la patience de Daikichi, elle retrouvera peu à peu le sourire. Pourtant, un mystère demeure : qui est la mère de la petite et pourquoi est-elle partie !

Mon avis

L’histoire d’une petite fille de six et de son tuteur qui l’élève et, malgré son inexpérience en la matière, va devenir une sorte de père pour elle.

Cette série de manga avait tout pour me plaire. Elle est assez courte, du genre Josei – un shojo pour adulte, avec des intrigues plus complexes – ancré dans la vie quotidienne, et pourtant pas banale d’un homme et d’une petite fille. Et elle m’a plu. Au début en tous cas, après l’intérêt a diminué en même temps que l’intrigue prenait un tour trop bizarre pour moi.

Les mangas décrivent la vie quotidienne et ses difficultés, avec les réflexions sur « comment c’est d’élever un enfant », sans oublier quelques passages obligés : la maladie, le spectacle de l’école, les jeux au parc… et puis, quand elle grandit, les amours qui commencent et qui compliquent les relations entre les personnes. Plutôt sympa, sauf que je n’ai pas aimé la tournure que prend la relation entre Daikichi et Rin. Disons, que jusqu’aux tomes 7 ou 8, j’ai vraiment aimé, l’intrigue se passait tranquillement et je prenais plaisir à voir les personnages évoluer. Puis, j’ai moins aimé les tomes 9 et 10. Les 10 m’a particulièrement déçu, parce que je l’ai pris comme la suite du 9, alors qu’il rassemble des chapitres inédits qui auraient pu être intégrés dans les tomes précédents. J’ai eu l’impression en le lisant qu’il n’apportait rien à l’histoire, surtout comme ça, sortis du contexte des autres chapitres.

En conclusion, j’ai bien aimé lire ce manga, même si la fin est un peu décevante. Néanmoins, j’ai trouvé que ça valait le coup, surtout qu’on en apprend plus sur la vie quotidienne des japonais.

Publicités

Une réflexion sur “Un drôle de père – Yumi Unita

  1. La fin est très très très étrange. J’étais comme toi au début : attendrie par cette histoire d’ours mal léché qui prend finalement soin d’un petit oisillon abandonné. Mais le coup de la relation incestueuse euh… juste, non. Que Rin soit tombée amoureuse de son père, bon, ça peut s’entendre. Mais que le père puisse tomber amoureux d’une femme qu’il a connu enfant c’est… dérangeant (tu me diras, Woody Allen nous a pas demandé notre avis pour se marier avec sa fille adoptive…)
    J’ai lu un article sur l’hypersexualisation des enfants au Japon, c’est assez intéressant, et ça pourrait éclairer cette histoire. Si ça t’intéresse, c’est par ici >> http://next.liberation.fr/sexe/2013/04/08/au-japon-les-enfants-objets-n-amusent-plus_894675

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s