La trilogie des elfes, 1. Le crépuscule des elfes – Jean-Louis Fetjaine

Couverture - Le crépuscule des elfes

Jean-Louis FETJAINE

La trilogie des elfes, 1. Le crépuscule des elfes

Editions Pocket, 2003.

350 pages

Collection Fantasy

.

Présentation de l’éditeur

Il y a bien longtemps, avant même Merlin et le roi Arthur, le monde n’était qu’une sombre forêt de chênes et de hêtres, peuplée d’elfes et de races étranges dont nous avons aujourd’hui perdu jusqu’au souvenir. Dans ces temps anciens, les elfes étaient un peuple puissant et redouté des hommes, des êtres pleins de grâce à la peau d’un bleu très pâle, qui savaient encore maîtriser les forces obscures de la nature. Ce livre est le récit de leurs dernières heures, depuis la rencontre du chevalier Uter et de Lliane, la reine des elfes. L’histoire d’une trahison et de la chute de tout un monde, d’un combat désespéré et d’un amour impossible. Ce fabuleux roman établit un pont entre l’univers des légendes celtiques, la fantasy et le cycle arthurien.

Mon avis

Le roi de Loth réuni le Grand Conseil des peuples libres : elfes, nains et hommes se retrouvent pour discuter d’une question d’importance : Gaël, un elfe gris, aurait tué le roi Troïn de la Montagne Noire pour lui voler une pièce d’arme. Baldwin, roi de la Montagne Rouge, vient réclamer réparation au peuple elfe. Ce qu’il ne dit pas c’est que Gaël n’a pas volé qu’une cotte d’arme : il s’est aussi emparé de l’épée Excalibur, le talisman des nains, sans lequel un roi ne peut être légitime et sans lequel le peuple nain est voué à disparaître. Pour éviter un conflit armé, le Conseil monte une expédition composée d’elfes, de nains et d’homme pour retrouver Gael et faire le jour sur cette affaire. Ainsi, la reine des elfes Lliane et le pisteur Till, se joignent à l’enquête, de même que Tsimmi un enchanteur nain le barbare Freïhr, et Uter, un chevalier. Alors qu’ils tracent Gaël jusque dans les Marais, le roi et son sénéchal complotent, le roi des elfes gris ne supportent plus les accusations des nains, la nouvelle religion a pris pour cible les créatures des peuples libres – elfes et nains – et les tueurs de la Guilde rôdent. Trahison, complot, assassinats, tout semble mener les membres de la petite compagnie partie à la recherche de la vérité vers la catastrophe.

On voit « elfes », on voit « nains » et tout de suite on pense à la Terre du Milieu, à Tolkien et à ses oeuvres les plus célèbres, La compagnie de l’anneau en tête. Pourtant la comparaison n’est pas si facile. Si l’intrigue semble prendre le tour classique d’une troupe de héros en quête d’un objet, elle devient un genre de piège et on voit les évènements se mettre en place petit à petit pour déboucher sur un catastrophe. Et le lecteur bien assis dans son siège, s’attendant à un schéma traditionnel, est vite chamboulé dans ces attentes. Le Crépuscule des elfes est ainsi le premier tome d’une série qui promet d’être haletante, vu tout ce qui s’y passe en 300 pages.

On retrouve également un traitement différent du bestiaire de fantasy traditionnel. On retrouve bien en effet des hommes, des elfes, des nains, il faudra aussi composer avec des gnomes, des gobelins et des créatures mi-homme mi-chien. De plus les caractéristiques de chaque peuples sont suffisamment travaillées pour faire de ces elfes-là ou de ces nains-là des êtres différents de ce dont on s’attend quand on ouvre un roman de fantasy. Ainsi le monde n’est pas totalement nouveau, de fait on n’est pas perdu, on a toujours des repères, mais il a son originalité.

Comme indiqué sur la quatrième de couverture, le monde arthurien vient s’immiscer entre les créatures de fantasy. Ce ne sont pour le moment que des évocations, des thèmes ou des objets (comme l’épée Excalibur) et on s’attend à ce que cette implication devienne plus présente dans les tomes suivants.

Les personnages ne paraissent pas très travaillés. Certains restent mystérieux, d’autres un peu idéalisés, et j’ai par moment regretté des manques de nuance dans les caractères. Il n’en reste pas moins que certains personnages sont touchants et qu’on a envie des les accompagner au bout de leurs aventures.

Il ne me reste plus qu’à me procurer la suite pour me faire un avis entier sur cette saga qui promet d’être passionnante !

Challenge Vide ta PAL

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s