Les derniers jours – Alex Pastor et David Pastor

Affiche - les derniers jours

Titre original : Los últimos días

Année de production : 2013. Long métrage espagnol.

Genre : Science fiction. Action.

Réalisé par : Alex Pastor et David Pastor.

Avec : Quim Gutiérrez, José Coronado, Marta Etura, Leticia Dolera, Ivan Massagué…

Synopsis :

Depuis la propagation d’un étrange et foudroyant virus, le monde est devenu terrifiant : sortir est désormais impossible. Dans leurs maisons, leurs bureaux, les gares, les gens sont condamnés à vivre cloitrés et doivent se battre pour leur survie. A Barcelone, Marc, piégé dans son bureau, se retrouve séparé de sa femme Julia. Contraint de faire équipe avec Enrique, son pire ennemi, il part à sa recherche dans les entrailles de la ville …

Mon avis

Les derniers jours confronte l’humanité à une sorte de phobie de l’extérieur, qui peut provoquer des symptômes tels que des vertiges jusqu’à la mort. Au début du film, Marc le héros est dans l’immeuble qui abrite son travail à Barcelone, pense à sa fiancée en observant l’extérieur : les multiples incendies dont les fumées s’élèvent au dessus des rues vides. A l’intérieur, les gens dorment sur leur bureau ou font la queue pour obtenir de la nourriture et de l’eau. Ils sont coincés là à moins de creuser un accès depuis le parking souterrain de l’immeuble aux tunnels du métro, qui deviennent le seul moyen de se déplacer d’un lieu à l’autre. Marc s’allie à Enrique pour sillonner la ville à la recherche de la femme qu’il aime, car celui à un GPS, le seul moyen de se repérer sous terre.

Au départ on ne se rend pas bien compte à quel point c’est le chaos, comment la loi de la jungle s’est réinstallé dans les égouts. On apprend par des retours en arrière sur la vie professionnelle et personnelle du héros quels ont été les premiers signes de la crise, et comment elle n’a pas été gérée par les autorités et les politiques. Le film a beau faire intervenir dans ce chaos des notes positives qui prennent un tour bucolique étrange, il apparaît plein d’incohérences et de bizarreries qui le rendent bancal. Et ce n’est pas dû à mon sens au peu de moyens dont ils disposaient pour le réaliser, mais plutôt à une faiblesse du scénario qui le rend facilement oubliable.

Le film a été mal distribué en France, peut-être parce que c’est un film espagnol de science fiction et qu’il faut se lever tôt pour avoir l’occasion d’en visionner un. Ça me fait mal de l’admettre, mais s’il n’est pas aussi disponible qu’un film américain en provenance d’Hollywood, c’est peut-être à cause de cette faiblesse qui le rend clairement imparfait mais surtout négligeable. C’est dommage, parce que l’idée de base était bonne. Un peu plus de cohérence et une autre explication de la cause du chaos l’aurait rendu, je pense, plus intéressant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s