La fille du samouraï – Dominique Sylvain

Couverture - La fille samouraï

Dominique SYLVAIN

La fille du samouraï

Editions Points, 2010

311 pages

Collection Policier

.

Présentation de l’éditeur

« Pourquoi prendre un bain et se faire belle pour se jeter dans le vide ? »

Au dernier étage d’un palace, Alice Bonin se prépare avant son spectacle, en compagnie d’une bouteille de champagne. Par la fenêtre ouverte, il lui semble voir flotter dans les airs la chanteuse dont elle incarne le sosie. Intriguée, elle s’approche… L’enquête conclut au suicide. Amies de la famille, Ingrid Diesel et l’ex-commissaire Lola Jost découvrent peu à peu les preuves d’une manipulation…

Mon avis

Quel plaisir de retrouver le duo Diesel/Jost pour leur deuxième collaboration ! J’avais beaucoup aimé Passage du désir et c’est avec de grandes attentes que je me suis plongée dans La fille du samouraï, attentes qui furent largement comblées.

Le samouraï, c’est Maurice Bonin, un acteur retraité qui donne des cours de théâtre à des amateurs et qui pratique le kendo, l’art du sabre japonais. Alice, sa fille, est plutôt bonne danseuse et avec un peu de maquillage, elle ressemble comme deux gouttes d’eau à Britney Spears. Elle a d’ailleurs fait de cette apparence de sosie son gagne pain, allant animer des fêtes sous le déguisement de la fameuse chanteuse. Elle a eu une aventure malheureuse avec Diego un infirmier d’origine espagnol. Et quand elle se suicide, c’est vers lui que se dirigent les premiers reproches du père. Ingrid et Lola, amies de Maurice, décident de mener l’enquête. Leur tâche se trouve singulièrement compliquée par la découverte d’une main dans le réfrigérateur d’Ingrid et la volonté tenace avec laquelle certaines personnalités haut placées semblent vouloir leur mettre des bâtons dans les roues.

Dominique Sylvain est imprévisible. Elle fait visiter à ses lecteurs des contrées inconnues ou inattendues, depuis Paris jusqu’au Japon en passant par Saint-Malo. Il suffit de voir le regard porté ici sur les médias, Internet comme la télé, sur le monde de la nuit ou encore celui des salles désertées d’un hôpital. Les dialogues sont savoureux entre Lola et Ingrid, surtout lorsque l’américaine écorche la langue de Molière au grand damne de l’ex-commissaire amoureuse des lettres et collectionneuse de citations. On n’oubliera pas non plus la galerie de personnages étonnant, certains faisant partie du paysage du Passage du désir, comme le psychiatre et son dalmatien Sigmund, ou d’autres rencontrés au détours de coïncidences étranges mais néanmoins hasardeuses, comme le singulier Adam à la tête de philosophe flétrie.

Je le répète : ce roman m’a comblée. Je ne peux qu’encourager les amateurs de polar, ou simplement les amateurs de bons livres à découvrir cette auteure : Dominique Sylvain, c’est une écriture entraînante, des intrigues complexes avec de multiples rebondissements, l’exploration de mondes peut-être pas nouveaux, mais au moins sous un jour inédit, ainsi que des personnages singuliers et haut en couleurs. J’espère bien retrouver tout ce petit monde-là dans mes prochaines lectures !

ABC thriller polars

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s