La prime – Janet Evanovich

Couverture - La prime

Janet EVANOVICH

Une aventure de Stéphanie Plum, 1. La prime

(Traduit de l’américain par Philippe Loubat-Delranc)

Editions Pocket, 2013

320 pages

.

Présentation de l’éditeur

Depuis qu’elle n’a plus de boulot, Stéphanie Plum est ouverte à toutes les propositions pour faire passer son compte en banque du rouge cramoisi au rose bonbon. Et ça tombe bien : son cousin Vinnie lui propose un job, et pas n’importe lequel… chasseuse de primes ! Sa première mission : retrouver un certain Joe Morelli, un ex-flic dont le nom lui dit vaguement quelque chose…

Mon avis

Stephanie est au chômage depuis tellement longtemps, qu’elle en est à revendre son électroménager pour faire rouler sa voiture qui ressemble plus à un tas de ferrailles gouttant de l’huile. Elle se rend chez son cousin, sur les conseils de sa mère pour trier des papiers, et elle en ressort avec le dossier de Joseph Morelli, un D. D. C., pour défaut de comparution. Morelli, grand séducteur, lui a pris sa virginité avant de la jeter. Devenu flic, il est accusé d’avoir tué un homme sans défense en dehors de l’exercice de ses fonctions. Les témoins ont disparu. Elle le retrouve, mais pas au point sur les techniques d’arrestation, il lui échappe. Elle se met alors à enquêter pour trouver sa trace et l’amener à payer sa caution. Pour cela, elle doit comprendre ce qui lui est arrivé. Commence alors un jeu du chat et de la souris avec Morelli tandis que Stéphanie apprend à se servir d’une arme pour se défendre et menotte des fugitifs – un vieil exhibitionniste par exemple – pour racheter ses meubles et faire fonctionner sa voiture. Elle enquête alors sur l’homme que Morelli a abattu, en essayant d’échapper à Ramirez, un boxeur sadique qui s’est fait une spécialité de violer et torturer des femmes. Il faut ajouter à cette histoire, les embrouilles dans lesquelles Stéphanie se retrouve malgré elle – menottée nue à la tringle de rideau de sa douche –, sa famille de taré, son hamster Rex et l’aide secourable de Ranger, le must du chasseur de prime.

Le roman est assez drôle. Stéphanie est très féminine, elle est obsédée par l’argent, compte les derniers dollars qui lui restent avec précaution et décrit de manière minutieuse les quartiers de sa ville qu’elle visite, entre les rues délabrées, les trottoirs et les prostituées qui y traînent. Le roman est plaisant à lire et c’est la distraction dont j’avais besoin. Je le recommande pour celles et ceux qui aiment la chick-lit mélangé à du polar léger et humoristique.

Le film Recherche Bad boys désespérément.

Affiche - Recherche Bad boys...Réalisé par Julie Anne Robinson en 2011, avec Katherine Heigl, Jason O’Mara, Daniel Sunjata…

J’aime beaucoup cette adaptation. C’est drôle, distrayant et ça a l’avantage de remettre le roman au goût du jour (il a été publié la première fois en 1994). Et j’aime bien les acteurs qui incarnent les personnages. Stéphanie Plum a vraiment ce côté peur de rien, un peu insouciante, fonceuse, et très féminine et ça rend son personnage attachant. Un film idéal pour un moment de détente (même si je ne comprends pas pourquoi ils lui ont donné ce titre en français. One for the money, c’est très bien, non ?)

ABC thriller polars

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s