Tobie Lolness – Timothée de Fombelle

Couverture - Tobie Lolness 1Couverture - Tobie Lolness 2

Timothée de FOMBELLE

Tobie Lolness

Illustrations de François Place

Editions Folio Junior, 2010

2 tomes lu sur 2 publiés (série terminée)

.

Présentation de l’éditeur

Tome 1 : La vie suspendue

Courant parmi les branches, épuisé, les pieds en sang, Tobie fuit, traqué par les siens… Tobie Lolness ne mesure pas plus d’un millimètre et demi. Son peuple habite le grand chêne depuis la nuit des temps. Parce que son père a refusé de livrer le secret d’une invention révolutionnaire, sa famille a été exilée, emprisonnée. Seul Tobie a pu s’échapper. Mais pour combien de temps?

Tome 2 : Les yeux d’Elisha

Le grand chêne où vivent Tobie et les siens est blessé à mort. Les mousses et les lichens ont envahi ses branches. Léo Blue règne en tyran sur les Cimes et retient Elisha prisonnière. Les habitants se terrent. Les Pelés sont chassés sans pitié. Dans la clandestinité, Tobie se bat, et il n’est pas le seul. Au plus dur de l’hiver, la résistance prend corps. Parviendra-t-il à sauver son monde fragile . Retrouvera-t-il Elisha ?

Mon avis

Tobie mesure un millimètre et demi. Tout son monde est à sa mesure. Un monde minuscule avec des insectes, des larves où escalader un lichen peut être dangereux (c’est haut un lichen, quand on y pense), un monde entier contenu dans un arbre, le tout étant d’une richesse incommensurable.

Les deux romans racontent les aventures de Tobie Lolness alors que celui-ci se bat pour sa liberté et la vie de l’arbre. En effet, ses parents sont en prison, il est traqué par les hommes de Jo Mitch qui s’est mis dans la tête de creuser un gigantesque cratère dans l’arbre en utilisant les Pelés, ce peuple des hautes herbes en bas de l’arbre. On entre directement dans l’action, les péripéties sont multiples, le lecteur n’a vraiment pas le temps de s’ennuyer. Les romans sont également servis par un style léger, délicat, précis, et très imagé, ce que je trouve très rafraîchissant. L’auteur s’amuse beaucoup par des remarques, des jeux de mots ou des expressions qui se trouvent être de circonstances dans cet environnement (« vieille branche » par exemple, ou encore « langue de bois »). Pourtant, il a une écriture bien dosée et sait alterner légèreté et gravité, quand les circonstances l’impose, sans en faire trop, juste assez pour toucher le lecteur.

L’auteur fait des portraits étonnants de ses personnages. Ils ont tous un petit plus qui les rend attachants ou répugnants. On pense par exemple à l’ignoble et obèse Jo Mitch, son mégot mouillé au coin des lèvres, ou à l’inoubliable Patate et son langage fleuri, ou encore à la délicate Elisha et son caractère de feu, sa façon de voir la beauté du monde qui l’entoure. Tobie est le personnage central de l’histoire, il est très sympathique et attachant, mais contrairement à d’autres, il n’est pas forcément le plus remarquable. Il manque un peu de cette fantaisie que l’auteur a attaché à d’autre. Il n’en demeure pas moins un héros débrouillard, intelligent et courageux, quand tant d’autres dans l’arbre faisaient l’autruche contre les crimes et les persécutions.

Tobie Lolness est une série qui en dit beaucoup sous des dehors un peu insouciant. Le ton est de manière général léger et amusant. Pourtant, quand on parle de pouvoir, d’emprisonnement, de persécution, d’oppression, on comprend beaucoup de choses sur la société de l’arbre et sur la nôtre par la même occasion. On y parle d’écologie, de dictature, de racisme, d’esclavage, de peur des autres. Les valeurs de Tobie et de son père, Sim Lolness le savant, sont confrontées à celles de Jo Mitch qui ne pense qu’à l’argent, et au pouvoir qu’il obtient en terrorisant les gens. Ce sont donc des romans très intéressants qui reflètent à une échelle minuscule des problèmes très contemporains des lecteurs.

Pour conclure, les deux romans sont passionnants et trépidants. Ils sont illustrés en noirs et blanc, et c’est assez réjouissant de voir certains visages ou encore de visualiser le combat d’un personnage contre des fourmis. J’ai beaucoup d’affection pour cette série et si ça ne tenait qu’à moi, je ferais lire La vie suspendue à tous les collégiens ! Ce sont des oeuvres que je conseille chaudement : elles abordent une multitude de sujets et on se reconnait forcément dans l’un des multiples personnages qui parcourent l’arbre, dans leurs amitiés ou leurs amours.

Lu pour les Baby Challenges Fantasy et Jeunesse

Publicités

2 réflexions sur “Tobie Lolness – Timothée de Fombelle

  1. Il faut que je lise cette série ! J’en ai entendu beaucoup de bien et j’avais eu un coup de cœur pour Vango, du même auteur :) Mais bon, là j’ai envie de lire des polars/thrillers, ce sera je pense plus pour cet été.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s