L’introuvable – Alep et Deloupy

Couverture - L'introuvable

Alep (scénario) et Deloupy (dessin)

L’introuvable

Editions Jarjille, 2009

48 pages

.

Présentation de l’éditeur

En pleine nuit, un vol est commis dans une librairie spécialisée en livres rares, la librairie « L’introuvable ». Quelqu’un a cassé la vitre pour s’emparer d’un petit album illustré sans grand intérêt d’un auteur mineur. Hasard, vandalisme ?

Pour Max et Lucia, les deux libraires, il apparaît très vite que le vol n’est pas motivé par l’appât du gain, ce livre cache quelque chose, un terrible secret…

Leur enquête va les entraîner malgré eux dans les tourbillons de l’Histoire…

Mon avis

 Avec les libraires de l’Introuvable, nous entrons dans un monde passionnant – bien que méconnu pour ma part – celui des collectionneurs et des livres rares.

Max et Lucia sont réveillés en pleine nuit par la police qui les prévient qu’on a vandalisé la vitrine de la librairie. En effet, un trou a été fait dans la vitrine, malgré la grille de sécurité. Or, il apparaît d’abord que rien n’a été volé, sauf un petit livre, un album pour enfants d’une valeur de dix euros. En faisant des recherches sur le titre et Raug, l’auteur de l’album – juif emprisonné dans un camp de concentration pendant la Seconde Guerre mondiale -, Max en vient à rencontrer un fervent collectionneur, le fils de l’auteur et un autre survivant de la Shoah pour mettre à jour la vie de Raug.

L’intrigue policière est assez simple, elle met à jour des secrets bien enfouis. C’est quelque chose qui est loin d’être original, mais le contexte change tout. Ce qui est original, en revanche, c’est le format, peu exploité dans la BD traditionnelle. Pour continuer sur la forme, j’ai beaucoup aimé les dessins : ils sont clairs, colorés… On sent aussi les auteurs passionnés par leur domaine et c’est quelque chose qui est vraiment agréable pour une lecture comme celle-là.

Au niveau des personnages, il y a les libraires, Max et Lucia. Max qui enquête et qui se retrouve un peu par chance, un peu par hasard dans une sombre histoire de collaboration et de dénonciation restée cachée des années. Lucia, elle, est plus en retrait dans cet album, elle est présente, mais moins dans les moments critiques. Il y a aussi les personnes impliquées dans l’enquête : Maître Désolières, notaire et collectionneur, et Raymond Prudence, le fils de Raug, le fameux auteur. Il y a aussi Sam, dessinateur et ami de Max et Lucia, passionné lui aussi, et qui suit Max dans son aventure.

J’ai beaucoup aimé cette petite BD. Je ne trouve pas ça particulièrement touchant ou transcendant, mais c’est une lecture très agréable, le livre est beau… Que demander de plus ?

Un mot sur les éditions Jarjille

C’est une maison d’édition indépendante et alternative située à Saint-Etienne. Leur politique est de rémunérer les auteurs avec un pourcentage de droits supérieur à ce que pratiquent les éditeurs traditionnels, et d’imprimer leur livres dans la région Rhône-Alpes, et pas en Chine ou ailleurs, où c’est moins cher (tous les éditeurs ne font pas ça, bien entendu, c’est surtout qu’il y a une tradition d’imprimeur dans la vallée du Rhône). Ils sont peu diffusés, car ils démarchent eux-mêmes les libraires sans passer par les diffuseurs et distributeurs habituels. Bref, ça donne envie de les soutenir. Et leur catalogue contient plein de trucs sympas.

Pour plus d’informations : voir leur site internet et leur blog.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s