La palette de l’ange – Catherine Bessonart

Couverture - La palette de l'ange

Catherine BESSONART

La palette de l’ange

Editions de l’Aube, 2014

256 pages

.

Présentation de l’éditeur

« Il avait besoin de lire l’effroi dans ses yeux pour oublier le sien. Quand son souffle se faisait court, il respirait mieux. Il sut tout de suite qu’il ne lui survivrait pas. »

Le commissaire Chrétien Bompard est chargé d’une affaire épineuse : plusieurs meurtres extrêmement ritualisés sont perpétrés dans la capitale. Les victimes ne semblent pas avoir été choisies au hasard et pourtant, elles n’ont à première vue rien en commun… Et pour ajouter encore au trouble, Bompard s’émeut de la découverte d’un adolescent pendu dans la forêt d’Orléans et de la disparition d’une jeune femme. Leur sort est-il lié aux meurtres ? Quel sera le dénouement de cet imbroglio ?

Mon avis

Après Et si Notre-Dame la nuit…, nous retrouvons le commissaire Chrétien Bompard et son équipe de choc, les lieutenants Machnel et Grenelle. Un homme est poignardé dans un sex shop avec deux couteaux de collection au manche coloré. Un adolescent est retrouvé pendu dans la forêt et Chrétien Bompard est assommé en essayant de le sauver. Ces deux affaires, connectées dans l’esprit de Bompart, débouche sur une série de crimes dont les motivations sont la vengeance.

L’intrigue est mieux ficelée que le premier tome des aventures de Chrétien Bompart. On retrouve toutefois le même schéma : une intrigue qui est le fil directeur du roman et l’auteur y tisse des circonvolutions : l’amour fou de Chrétien pour Mathilde, des personnages secondaires délicieusement déjantés, des visites de Paris la nuit, des conversations de brainstorming qui débouchent sur des idées folles.

J’aime beaucoup le style de Catherine Bessonart. Je n’avais pas chroniqué son premier roman, mais je trouve qu’il y a une amélioration. Les dialogues sont savoureux, l’humour toujours présent, bien que grinçant, et il y a cette façon d’imaginer des personnages décalés et loufoques qui ne peu que me plaire. L’intrigue est néanmoins très classique et, comme ma lecture remonte à la sortie du roman, en mars 2014, il ne m’a pas laissé un souvenir impérissable. Ça reste du très bon polar et Catherine Bessonart est un auteur à suivre : elle a vraiment une belle plume !

ABC thriller polars

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s