A l’encre bleu nuit – Yvonne Baby

Couverture - A l'encre bleu nuit

Yvonne BABY

A l’encre bleu nuit

Editions Baker Street, 2014

190 pages

.

Présentation de l’éditeur

À la croisée de deux siècles, une femme suit une route qu’elle appelle la route aux étoiles. À ses yeux, les étoiles seront les éclats d’une culture, d’une époque, nées de l’antifascisme, de la guerre, de la Résistance, de l’après-guerre. Elle est jeune, et l’art, l’engagement, l’espoir, passent dans les mains de ces artistes, de ces intellectuels, qui forment une famille devenue la sienne.

Dans son nouveau livre, Yvonne Baby, qui a créé et dirigé pendant quinze ans le service culturel du journal Le Monde, évoque Alberto Giacometti, Louis Aragon, Henri Cartier-Bresson, Georges Sadoul, Michel Cournot, André Fermigier, Paul Morand, Hervé Guibert, Catherine Guérard et Paul-Marie de la Gorce. Un chapitre pour chacun, sans pour autant que les frontières soient étanches. Les histoires parfois se croisent. Elle s’inscrit en eux. Elle écrit un passage de leur histoire mais également de la sienne, de sa rencontre avec ces « personnages », de sa vie à leurs côtés. Des récits écrits à la troisième personne, créant ainsi une légère distance dans l’écriture d’Yvonne Baby et dans son rapport à ces grandes figures qui sont à la fois ses proches et ses inspirations.

Mon avis

A chaque chapitre un prénom : Alberto, Louis, Henri, Georges… et des souvenirs, des rencontres de l’auteur avec eux. Des portraits de ce qu’ils furent, des artistes, des intellectuels. En racontant ces personnalités, l’auteur se raconte aussi d’une certaine manière, une façon de livrer à ses fils une vision de ce qu’elle a été durant ces années avec ces hommes et cette femme (oui, il y en a une dans le lot !) à ses côtés, constituant une large famille. On ressent son admiration pour chacun, la façon dont elle s’est inspiré de leur vision de l’art, de leurs oeuvres, ce qu’ils lui ont apporté. Certains ont été comme des membres de sa famille : Georges Sadoul, qui a été le premier à écrire une histoire du cinéma, Louis Aragon qui revêt comme une figure paternelle, et Paul-Marie de la Gorce, qui fut comme un frère, la laissant avec une seule injonction : écrire.

Si les premiers chapitres m’ont un peu déboussolée, j’ai vite été happée par la sérénité qui se dégage de l’ouvrage. La narration se fait à la troisième personne, afin de conserver une distance envers des évènements encore proches. Il n’en reste pas moins que la mélancolie transparaît. Il y a parfois un sentiment d’urgence, porté par un style plus haché, entrecoupé. J’ai été fascinée par ces portraits. J’ai eu un aperçu d’un autre époque, une vision vite brossée, partielle, mais suffisante pour me donner envie d’en savoir un peu plus.

J’ignorais ce que j’allais trouver en commençant ce récit. Il ne s’agit pas d’une autobiographie. Yvonne Baby a du avoir une vie riche, mais elle s’efface dans ce livre derrière les figures qu’elle invoque. Elle parle de ces personnes en décrivant des moments intimes, des travaux communs, des conversations. Il ne faut pas s’attendre à une analyse de leur pensée et de leur oeuvre ou même à une biographie. Ce format est un peu déroutant, mais il ne m’a pas déplu pour autant. L’auteur fait de nombreuses références à des oeuvres, des artistes ou des auteurs qui me sont encore inconnus. Je pense donc qu’un certain nombre d’éléments du récit m’ont échappé, mais je ne pense pas que ça m’aurait fait apprécier d’autant plus cette lecture.

C’est un roman difficile à conseiller, et j’ai même du mal à formuler un avis définitif à son encontre. Une connaissance préalable des auteurs et artistes évoqués et de leurs courants de pensée auraient peut-être enrichi d’avantage la lecture, et en permettrait une meilleure compréhension. Un minimum de connaissance et de curiosité envers cette époque doit tout de même être nécessaire pour y trouver un intérêt.

Reçu dans le cadre de la Masse Critique de Babelio.

Merci à l’équipe de Babelio et aux Editions Baker Street pour cet envoi !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s