Martyrs, tome 1 – Oliver Peru

Couverture - Martyrs 1

Oliver PERU

Martyrs, tome 1

Editions J’ai lu, 2013

694 pages

Présentation de l’éditeur

Irmine et Helbrand, deux frères assassins descendant d’un ancien peuple guerrier, vivent dans les ombres de la plus grande cité du royaume de Palerkan. Alors qu’ils se croient à l’abri des persécutions dont ont souffert leurs ancêtres, leur passé sanglant les rattrape, sous les traits d’un borgne qui semble nourrir pour eux de sombres projets. Et tandis que la guerre menace d’embraser le monde, que les puissants tissent de noires alliances, ils vont devoir choisir un camp. Leur martyre ne fait que commencer…

Mon avis

Intrigues politiques entre puissants, révolutions, rébellions clandestines… c’est dans ce contexte qu’Irmine et Helbrand vont se retrouver, bien malgré eux et à leurs risques et périls. Eux qui voulaient continuer à vivre discrètement tout en poursuivant leur métier d’assassins, ils sont engagés par l’intendant de la cité dans laquelle ils vivent pour une mission bien particulière : protéger Kassis Yrasen, la dame de la cité, qu’on a tenté d’assassiner, et démasquer ceux qui l’ont commandité. Les voilà au milieu d’une multitude de complots dont ils ne pourront qu’être des victimes.

Ce roman très dense et long nous offre un univers et une intrigue de fantasy assez classique, mais aussi très riche. Le monde dans lequel nous nous trouvons est très bien développé et présenté dans son entier : histoire du royaume, de la dynastie, géographie, politique, destins individuels qui sont devenus des légendes, et éléments fantastiques, avec la présence de ces fantômes qui hantent certaines villes ou maison, et les capacités surhumaines de ce peuple décimé, les Aserkers. Ajoutez à cela deux religions en conflit, une prophétie qui voit venir sa proche réalisation et le tout laisse son lecteur avec les yeux qui brillent d’émerveillement devant une telle richesse et une telle complexité.

L’intrigue est imprévisible et nous laisse, sur la fin, entre ébahissement et stupeur (je peux pas dire pourquoi sinon ça spoilerait tout, mais je trouve ce dernier twist remarquablement bien utilisé !). Oliver Peru me semble être un auteur qui sait comment travailler ses personnages pour les présenter entiers à son lecteur, avec leurs qualités, leurs défauts, leur humanité pleine, leurs motivations, leur psychologie, sans être seulement dépendant de leur aspect physique (même si cela joue beaucoup, notamment pour le roi, un homme énorme et gras, dont le portrait est lui aussi saisissant). Tous sont remarquables et bien individualisés afin que le lecteur se fasse sa propre opinion à leur sujet.

J’ai eu du mal avec la relation amoureuse qui nait entre deux personnages (mais j’ai du mal avec la romance de manière générale, alors quand ce n’est qu’une part de l’intrigue dans une histoire beaucoup plus complexe et qu’elle est aussi appuyée qu’elle l’est là, ça a eu du mal à passer).

Le livre est un bel objet, entre la couverture, les illustrations entre les chapitres ou à l’intérieur des rabats de la couverture, en noir et blanc ou en couleurs. Je n’ai pas eu de chance avec mon exemplaire, qui a subi une qualité d’impression assez déplorable, et me suis retrouvée à lire avec des taches d’encre sur les pages, ce qui n’est pas très agréable. Ceci est bien sûr un détail, mais ça reste dommage d’avoir de la mauvaise qualité, et il fallait le souligner.

Le style de l’auteur n’est pas spécialement beau, mais il est fluide et efficace. C’est la première fois que je retiens une insulte dans un roman de fantasy tellement la tournure m’a marquée (« Foutrechien d’outre à merde ! » – tellement poétique ! ^^). Mention spéciale pour les scènes de combats et d’action, très bien écrites dans le sens où on nous livre moult détails sans que ça soit lourd, et qu’on ressente au contraire un grande fluidité dans les gestes des combattants. Cela colle parfaitement aux personnages d’assassins doués et implacables que sont les deux héros.

Je me suis régalée avec cette lecture, mais comme c’était très dense, il m’a fallu passer à un livre plus léger et d’un genre différent pour la digérer. Je conseille donc ce roman, qui laisse présager d’une suite très prometteuse.

100255191_o

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s