Elfes, 1. Le Crystal des Elfes bleus, Jean-Luc Istin et Kyko Duarte

Jean-Luc ISTIN et Kyko DUARTE

Elfes, 1. Le Crystal des Elfes bleus

Editions Soleil, 2013

54 pages

Présentation de l’éditeur

Les Elfes bleus d’Ennlya, une petite ville portuaire du Nordrenn, ont tous été massacrés ! L’Elfe bleue Lanawyn et Turin enquêtent : toutes les pistes mènent vers un clan d’Yrlanais, ces Hommes du nord qui haïssent les Elfes.

Dans la cité île Elsemur, Vaalan une jeune Elfe bleue passe l’épreuve de l’eau des sens. La mère prophétesse voit son avenir proche, un avenir lié au crystal sacré. « Celui qui contrôle le crystal, contrôle l’océan. » Vaalann est-elle l’Elue que les Elfes attendent ?

Entre enquête et initiation, ce récit nous mène dans un monde de faux-semblants, de rêves et de désillusions !


Voilà que je me suis lancée dans cette série de BD fantasy chez soleil. C’est une série qui me fait de l’oeil depuis quelques temps, à cause de ma fascination pour les elfes que je traîne depuis ma lecture du Seigneur des Anneaux au collège. Cette série avait donc de grandes chances de me plaire, par son concept plutôt intéressant. Les éditions Soleil ont proposés à plusieurs auteurs d’écrire et dessiner un tome sur le même monde, mais en mettant en scène des peuples elfiques différents.

Dans ce premier tome, nous faisons la rencontre des Elfes bleus, un peuple marins qui vit sur des îles. En se rendant à Ennlya, Lanawyn et Turin, une Elfe et un homme, découvrent que tous les Elfes de cette ville ont été massacrés. Ils rapportent la nouvelle à leur roi qui les chargent de mener l’enquête et d’aller chez les hommes d’Yrlanais pour les interroger sur leur implication dans ce massacre.

En parallèle, Vaalann se voit confiée une mission : récupérer le Crystal bleu, ce joyau qui permet à son porteur de contrôler les océans. Le crystal avait été jeté dans la mer après les méfaits perpétrés par son premier porteur, le mage avide et cupide qui l’avait créé.

L’histoire mêle donc ces deux intrigues, d’abord distinctes, mais finalement liées. Entre enquête, quête, massacre, antipathie réciproque avec les peuples voisins, usurpation et manipulation, cela fait beaucoup de choses en si peu de pages. Toutefois, le scénariste a créé un bon équilibre entre la présentation du monde et des peuples qui y vivent, le contexte historique et politique, les enjeux des différentes intrigues et les caractères des personnages. Le dessin est aussi très beau, cela mérite d’être souligné.

Cette bande dessinée garde un aspect très classique. Je l’ai beaucoup aimé pour toutes les raisons que j’ai cité plus haut. Il me reste toutefois une certaine frustration résultant du format one shot de la bande dessinée. Vu le potentiel de l’intrigue, il y avait de quoi remplir largement 2 albums, alors que ça a été ici condensé en un seul tome. Mais c’est aussi le défi du concept de cette série : créer une intrigue intéressante et complète en un seul tome. Ici le défi a été largement réussi, pour notre plus grand bonheur.

ABC Imaginaire 2015 v2

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s