Chien du heaume – Justine Niogret

Couverture - Chien du heaume

Justine NIOGRET

Chien du heaume

Editions J’ai lu, 2011

222 pages

Collection Fantasy

Présentation de l’éditeur

Chien du heaume, un surnom gagné au prix du sang et de la sueur par celle qui ne possède plus rien que sa hache, dont elle destine la lame à ceux qui lui ont pris son nom. Mais en attendant de pouvoir leur sortir les viscères, elle loue son bras et sa rage au plus offrant, guerrière parmi les guerriers, tueuse parmi les loups. De bien curieuses rencontres l’attendent au castel de Broe où l’hiver l’a cloîtrée : Regehir, le forgeron à la gueule cassée, Iynge à la voix plus douce que les moeurs, le chevalier Sanglier et sa cruelle épouse de dix printemps. Au terme de sa quête, Chien trouvera-t-elle la vengeance, la rédemption ou… autre chose ?


 Je ne sais que la voix du fer, de la tempête et des cris des hommes.

J’ai eu le grand plaisir en début d’année de relire ce roman. Je reste encore subjuguée par ce style, cette originalité et cette histoire qui s’apparente d’une certaine manière aux mythes médiévaux et aux chansons de geste. (Je prends le temps de faire un parenthèse : j’ai eu il y a quelques années des cours sur la littérature du Moyen Age. Le prof était super intéressant et drôle, mais c’était il y a trop longtemps pour que j’en garde un souvenir précis. Je m’excuse donc par avance des inexactitude que je pourrais écrire ici).

Voici un roman plutôt étrange. Court et surtout inclassable de mon point de vue. En lisant le résumé et le nom de la collection, on peut penser que c’est de la fantasy ou même un roman historique. Mais il n’y a pas vraiment d’évocation de faits historiquement avérés et on n’est pas non plus dans un monde inventé, où cohabiteraient hommes, elfes, nains et autres créatures de magie.

Lors de ma première lecture, je me souviens d’être restée perplexe en lisant les premières pages : je ne savais pas trop ou j’atterrissais. Cela ne m’a pas déplu et j’ai continué, d’autant plus que le style de l’auteur m’intriguait. Je trouve la performance remarquable dans la mesure où on n’est plus dans un langage du XXIème, mais dans quelque chose qui sonnerait comme le ton de l’époque : tournures de phrase qui peuvent sembler soutenues, mais seulement parce que ce n’est plus vraiment utilisé de nos jours, mots d’ancien ou moyen français (enfin, je suppose : mes connaissances en la matière sont limitées !). Ça sonne archaïque et pourtant ça reste fluide. Et comme je prends toujours plaisir à lire un style qui se distingue des autres, j’ai poursuivi.

L’intrigue n’est pas uniforme, dans Chien du heaume. La quête de l’identité du personnage est un point de départ et semble être un prétexte à l’auteur pour nous faire découvrir plein de personnages, et d’anecdotes un peu épisodiques, mais qui trouvent leurs places dans un schéma plus global. De fait, le roman se déroule sur plusieurs années.

Ce que je retiens cependant, c’est l’ambiance de violence et de brutalité qui s’y développe. Et c’est d’un réalisme saisissant. Il est loin l’amour courtois ! Les chevaliers ne sont pas surnommés « Sanglier », « Salamandre » ou « Chien » pour rien ! Leur bestialité apparaît sans équivoque. Ce sont des brutes, des combattants rudes, sans vraie beauté. Notre héroïne elle-même est grasse, pas jolie, avec le museau « aussi noir que les bêtes ». Mais c’est une mercenaire et avec sa hache, elle devient redoutable. Mais ça ne les empêche pas de rêver, d’aimer qu’on leur conte des histoires, de se plonger dans la mélancolie et de tenir des discours d’une remarquable profondeur.

« Chien, qui n’avait souvenance de rien de son petit âge, revit pourtant, dans les brumes de son bol, une vieille image réveillée par la maladie, la fatigue, les songes de guerre et l’aveu du meurtre de son père. Et cette image était celle d’une falaise, d’une falaise qui éventrait, toute couleur d’herbes, d’algues et de rocs. Elle balafrait une lande dévorée par les vents, et Chien du heaume se souvint que c’était cette blessure qui donnait  forme à la terre, qui lui serinait ses frontières grises, que, sans elle, la lande n’aurait été qu’un lieu sans limites et sans fin, balayée de toutes les bourrasques que l’océan aurait su lui jeter au corps. Cette terre était tout  comme la mercenaire, c’était leur manque et leur plaie qui les définissait. »

Si le contexte est indéterminé, et le genre incertain, il ne faut pas oublier que le roman possède par moment un aspect onirique, un peu comme des contes, des fables ou des légendes qui seraient racontées au coin du feu. C’est d’ailleurs ainsi que le roman est introduit. Le narrateur s’adresse directement à son audience pour lui souffler à l’oreille un ou deux secret de son personnage.

Cette lecture est très agréable. Il faut souligner que l’auteur s’y connait en terme de Moyen Age, de pièces d’armurerie, de chevalerie. Elle nous offre un tableau étonnant de cette période. Ses personnages son fascinants, loin des lieux communs que l’on retrouve régulièrement en littérature.

Vous voulez une autre preuve de sa qualité ? Ce roman a été récompensé de quelques prix : le Prix Imaginales 2010 du roman francophone ; le Grand Prix de l’Imaginaire du festival Étonnants Voyageurs 2010 pour les romans francophones ; et le Prix Oriande 2010 du roman de féérie.

Je conseille ce roman sans aucune retenue. Si ce que j’ai pu écrire plus haut vous intrigue ne serait-ce qu’un petit peu, laissez-vous tenter, vous ne serez pas déçu !

100255191_o

Publicités

3 réflexions sur “Chien du heaume – Justine Niogret

  1. Je suis d’accord avec toi, il est assez inclassable, on imagine qu’on n’est pas dans le monde réel à cause de quelques noms propres, si je me souviens bien, mais le côté « monde imaginaire » n’est pas frappant du tout. J’avais bien aimé mais sans plus, ce n’est pas trop mon style, trop sombre et réaliste. Par contre j’applaudis l’idée originale et la performance ! :)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s