La Quête des Livres-Monde, 1. Le livre des âmes – Carina Rozenfeld

Carina ROZENFELD

La Quête des Livres-Monde, 1. Le Livre des Âmes

Editions L’Atalante, 2012

224 pages

Collection Le Maedre

Présentation de l’éditeur

« Zec se laissa tomber. Il sentait son coeur cogner comme un fou dans sa poitrine alors qu’il chutait. L’eau noire du canal se rapprocha… Sans qu’il eût besoin de réfléchir, son instinct prit le dessus et ses ailes se mirent à battre, brassant l’air autour de lui, le redres sant, le faisant remonter, plus haut, encore plus haut. Jusqu’à ce que son visage soit tourné vers les étoiles, jusqu’à ce qu’il sente le froid, jusqu’à ce qu’il réalise qu’il volait vrai ment, que, cette fois-ci, ce n’était pas un rêve. »

Zec a seize ans et vit une adolescence parfaitement normale… jusqu’au jour où, à l’issue d’une nuit agitée, des ailes lui poussent dans le dos. Zec apprend bientôt qu’il est originaire d’une planète disparue dans le néant à cause de l’Avaleur de Mondes, et qu’il a pour mission de la ressusciter. Aidé d’Éden, une jeune fille ailée comme lui, il doit retrouver les trois Livres-Monde, cachés sur la Terre, où sont enregistrés les âmes, les lieux et l’histoire de ce monde perdu. Mais cette quête s’annonce hautement dangereuse car l’Avaleur de Mondes est bien décidé à terminer ce qu’il a commencé…


J’ai eu beaucoup de mal à entrer dans cette histoire. Je ne sais pas s’il faut imputer cela au style, au personnage ou à l’intrigue en particulier. En tous cas, c’est l’un de ces trois facteurs qui m’a rapidement découragée.

On découvre Zec, lycéen lambda de 15 ans, qui vit avec ses parents dans le même immeuble que son meilleur ami. Deux gros boutons lui ont poussé dans le dos et cela le démange énormément. Cela l’inquiète, mais il n’ose pas en parler, jusqu’à ce que des ailes lui poussent dans le dos en pleine nuit. Il est alors contacté par un homme qui lui annonce qu’il n’est pas originaire de la Terre, mais provient d’un autre monde qui a été détruit par l’Avaleur de monde, la force destructrice de l’univers, lié à lui de manière intrinsèque. Sa mission est évidemment de faire renaître ce monde, en trouvant et en activant les trois Livres-Monde, avec l’aide de son meilleur ami (dont j’ai oublié le nom), et d’une adolescente qui est comme lui originaire de l’autre monde.

Ce premier tome est vraiment un tome d’introduction puisqu’une longue partie du roman consiste en la naissance des ailes et en la découverte de ce passé avec l’aide d’un mentor. Il apprivoise ses ailes et le fait de pouvoir voler, prend aussi contact avec Eden, l’autre personne qui est comme lui. Puis commencent les recherches pour retrouver le premier Livre-Monde.

Il s’y passe en soi très peu de choses, ou en tous cas, d’actions, et le seul opposant qui apparaît dans ce tome-là est complètement anecdotique. Il m’a même paru ridicule tellement il était traité de manière manichéenne. Le vrai opposant de l’histoire n’apparaît qu’à la fin de ce premier tome, laissant présager de sombres évènements à venir pour la suite de l’histoire.

Malheureusement, ça ne l’a pas fait pour moi. Tout est trop téléphoné. On voit venir le moindre twist à des kilomètres. Et puis, ça pêche sérieusement au niveau du style.

La première page de ce roman est un article du blog que tient le personnage principal, Zec. Il y raconte quotidiennement sa vie à ses lecteurs avec un style très « adolescent ». Le problème, c’est que l’article de blog terminé, j’ai un peu eu l’impression que tout était écrit de cette manière-là. Une bonne partie du roman, ce style m’a un peu rebutée, tellement il m’a semblé inadéquat par rapport à ce qui était raconté. J’ai toujours du mal à démontrer et expliquer cela. Mais pour une fois, j’ai un exemple très concret. C’est la cas des dialogues qui sont très écrits, alors que les personnages prononcent des expressions très orales. Le décalage est flagrant, et ça casse la fluidité et la dynamique du dialogue. Et puis, ajouter un « ça va déchirer ! » a tendance à casser toute crédibilité à mes yeux.

Pourtant, sur la fin du roman, il y a des passages que j’ai trouvé très justes. Je ne comprends pas ce décalage que j’ai pu ressentir au cours de la lecture.

Sinon, sur le fond, cette histoire n’est pas mal. Faire renaître un monde détruit, des aliens qui sont comme des humains, les ailes en plus, pourquoi pas ? Je peux adhérer à beaucoup de choses si la forme y est. Là, elle manque par moments, et c’est ce qui fait que la lecture a parfois été laborieuse. Ca manque de dynamique, tout est trop prévisible.

Je terminerais là-dessus, simplement pour dire que, sur le fond je n’ai pas grand chose à dire – c’est même plutôt sympa -, mais que la forme gâche le tout, du moins à mes yeux. Ca n’est pas une déception puisque je n’en attendais rien, mais ça reste une lecture pénible que je veux vite oublier. Par ailleurs, j’ai lu pas mal d’avis élogieux, alors peut-être que ce qui me gêne ici, gênera moins d’autres personnes (et puis il a fait partie de la sélection du prix Incorruptibles en 2010). D’un autre côté, j’ai bien envie de laisser une autre chance à cette auteure : il me semble que ce roman est l’un de ses premiers livres, et il est tout a fait possible que son style ait gagné en maturité. On en reparlera donc ! :)

ABC Imaginaire 2015 v2

Publicités

Une réflexion sur “La Quête des Livres-Monde, 1. Le livre des âmes – Carina Rozenfeld

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s