Bilan – Février 2015

Bonjour !

C’est l’heure du bilan !Le mois de février est passé vite, je trouve. J’ai eu une semaine de vacances et ai pu prendre le temps de lire et de profiter de mes lectures, avant le dernier rush de la fin du semestre. Je commence par un aperçu des chansons qui m’ont accompagnée durant ce mois de février. Et pour les habituelles catégories livres et visionnages, on se retrouve dans le bilan du bilan !

Playlist

Est que vous aussi, après avoir écouté ça, vous chantez à tue-tête : « YEAH OH ! WE WANT IT ALL ! » ?

Livres

Romans

Bandes dessinées

  • Sin City, 2. J’ai tué pour elle, Frank Miller
  • Mjöllnir, 1. Le marteau et l’enclume, Oliver Peru et Pierre-Denis Goux
  • Mjöllnir, 2. Ragnarök, Oliver Peru et Pierre-Denis Goux
  • Polina, Bastien Vivès
  • Les Vieux fourneaux, 1. Ceux qui restent, Wilfrid Lupano et Paul Cauuet
  • Les Vieux fourneaux, 2. Bonny and Pierrot, Wilfrid Lupano et Paul Cauuet
  • Léo Loden, 23. Brouillade aux embrouilles, Arleston et Serge Carrère
  • Elfes, 3. Elfe blanc, coeur noir, Oliver Peru et Stéphane Bileau.
  • Pilules bleues, Frederik Peeters
Mangas

Acquisitions
  • Lancelot (collectif)
  • Druss la légende, David Gemmell
  • Elfes, 3. Elfe blanc, coeur noir, Oliver Peru et Stéphane Bileau

Ça a failli être un mois entièrement SFFF en terme de romans. Mais il y a quand même eu deux exceptions, et deux bonnes exceptions ! La Ballade de l’impossible était une très bonne lecture et ce fut la même chose pour Lune captive dans un œil mort, même si ce sont deux genres très différents. Je n’ai pas vraiment eu de déception, à part pour La Quête de Livre-Monde que j’ai trouvé très moyen de manière générale. S’il fallait citer des romans remarquables, ce serait Porcelaine d’Estelle Faye et La Sinsé gravite au 21 de Roland C. Wagner, conte fantastique d’un côté, space opera à tendance utopiste de l’autre (et dont les chroniques se font attendre, oui, je sais…).

Concernant les BDs, j’ai beaucoup apprécié les one-shot Polina et Pilules bleues, deux ouvrages très différents et avec un style de dessin propre à leurs histoires et à leurs auteurs. J’ai lu le diptyque Mjöllnir qui revisite les légendes des dieux nordiques (Thor, Loki, Odin…) dans un cadre avec des créatures du bestiaire de la fantasy (des nains, des elfes…). J’ai pas pu m’empêcher de faire le lien avec La Trilogie des elfes de Jean-Louis Fetjaine qui revisite la légende arthurienne dans un monde où elfes, nains et hommes cohabitent. Ce qu’il faut surtout noter à propos de cette BD, c’est le superbe dessin de Pierre-Denis Goux, comme en témoigne les pages de croquis à la fin du premier tome. Dans un genre totalement différent, j’ai beaucoup aimé Les Vieux fourneaux, qui présente la vie d’un petit groupe de retraités contestataires et anti-capitalistes qui continue à lutter pour leurs idéaux. C’est raconter avec humour et une certaine tendresse.

Côté manga, j’ai terminé deux bonnes séries : Kids on the slope très bonne série sur le jazz et Piece qui, malgré les apparences n’est pas un manga sur les puzzles ^^. Il s’agit de jeunes étudiants qui enquêtent sur la vie mystérieuse d’une de leurs camarades de classe, et qui vont à travers ces révélations vont trouver un sens à leur vie.

Bref, j’ai bien lu en février !

Visionnage

Au cinéma

  •  Kingsman : Service secrets, Matthew Vaughn
Films

  • Gravity, Alfonso Cuaron
  • My Blueberry nights, Wong Kar Wai
  • Dead Again, Kenneth Branagh
  • Le Majordome, Lee Daniels
Séries/animés

  • Orange Days, Kitagawa Eriko
  • Sakamichi no Appolon/Kids on the slope, Tezuka Production
  • Bloody Monday (saison 1), Ryumon Ryo

Je ne suis allée voir qu’un seul film au cinéma, en plus de séances du Festival Courts-Métrages. Kingsman est un film drôle et assez jouissif par bien des aspects. C’est une comédie/parodie de film d’espionnage. J’ai passé un très bon moment.

Les autres films que j’ai pu voir ne m’ont pas semblé transcendants. J’ai bien aimé Gravity pour certains passages et les images que le filme offre. My Blueberry nights est une romance assez basique et qui peut être mignonne et touchante, mais loin d’autres films de Wong Kar Wai comme In the mood for love. Et Dead again était un thriller trop bizarre dans son principe de base pour être vraiment intéressant. Et pour Le Majordome, mon ressenti était aussi moyen. D’un part, la VF me hérisse, et d’autre part, il n’a d’intérêt que parce qu’il montre pratiquement toute l’histoire des Etats-Unis du XXème siècle : fin de l’esclavage, ségrégation, lutte pour les droits, assassinat de Kennedy etc. Pour ces aspects-là je l’ai bien aimé, mais en soi, l’histoire personnelle du personnage avait assez peu d’intérêt à mes yeux.

Je suis aussi revenue à un ancien amour, durant ce mois de février : les dramas japonais. J’ai eu une période où j’en ai vu un paquet, jusqu’à overdose, d’ailleurs. Là je m’y remets tranquillement. D’abord avec Orange Days, qui raconte l’histoire d’une bande d’étudiants, alors qu’ils doivent faire des choix pour leur future vie d’adulte. Et le personnage principal du drama tombe amoureux d’une fille sourde et muette qui n’arrive pas accepter son handicap assez récent, d’autant plus qu’elle était musicienne. Oui, c’est forcément comme ça, dans les dramas japonais : il faut forcément que la passion de leur personnage soit devenue impossible à réaliser à cause d’un handicap physique. J’en ai vu un certain nombre. Après la romance, j’ai vu un thriller, Bloody Monday qui met en scène un jeune étudiant hacker qui est manipulé par des terroristes qui veulent anéantir Tokyo. Là, en terme et d’intrigue et de réalisation, je pense qu’on est dans du très bon drama, avec une intrigue retorse, du suspens, et des méchants vraiment machiavéliques.

Enfin, je finis avec l’animé du manga Kids on the slope que j’ai beaucoup aimé. Autant, j’ai vu des tas de dramas, autant les animé, c’est moins ma tasse de thé. J’ai beaucoup de mal avec un certain nombre de chose, et notamment les voix de certains personnages féminins, bien trop aigüe pour que j’apprécie. Ici, je n’ai pas trop retrouvé ces aspects-là. Par contre, l’animé à un énorme avantage sur le manga : la bande son ! Et pour un manga qui parle de jazz, c’est quelque chose d’indispensable. Les scènes musicales sont vraiment excellentes, et ça une vraie valeur ajoutée par rapport au manga.

 Très bonne lecture pour le mois de mars !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s