Pilules Bleues – Frederik Peeters

Frederik Peeters

Pilules Bleues

Editions Atrabile, 2013

190 pages

Collection Flegme

Présentation de l’éditeur

A travers  une histoire simple et des thèmes universels (l’amour, la mort), Frederik Peeters nous parle de sa rencontre avec Cati, de ce maudit virus qui va bouleverser la donne, et de toutes les émotions les plus contradictoires qu’il va devoir apprendre à gérer : compassion, pitié ou amour pur et inaltérable ? Pilules bleues nous propose, sans pathos ni sensationnalisme, de regarder sous un jour rarement abordé le quotidien de la maladie, tout en nous balançant quelques vérités surprenantes et bien senties sur le sujet. Malgré la gravité du thème, Pilules bleues se présente comme une œuvre remplie de fraîcheur et d’humour.


 Cet ouvrage de Frederik Peeters, avec son ancrage autobiographique, est un témoignage, un récit sur le fait de vivre la maladie (on parle bien du sida) au quotidien. Il rencontre Cati, d’abord comme l’amie d’un ami, puis alors qu’elle est mariée, avec son petit garçon. Elle va devenir sa compagne. Elle est séropositive, comme son fils et elle se sent coupable, responsable de la maladie de son fils. Il se retrouve à devoir accepter cette situation et à trouver un moyen de la gérer. Suit alors leur vie à deux, leurs interrogations, leurs frayeurs, le traitement du petit, les rendez-vous avec le médecin.

(On peut trouver pleins d’images de Pilules Bleues sur Internet. Pour voir celle-là, clic droit > afficher l’image)

C’est donc une histoire d’amour, une histoire de famille (recomposée), et une histoire de maladie. Mais c’est une très belle histoire.

Frederik Peeters brosse, en noir et blanc, un récit touchant, très intime, qui propose une vision peu courante sur cette maladie, et va même bousculer quelques idées reçues. Il va parler des inquiétudes, des joies, des angoisses, de la gestion de la maladie au quotidien.

Cette BD avait déjà été publié en 2001. Les éditions Atrabile l’ont rééditée en 2013, avec des pages bonus. On voit donc les personnages 13 ans après la première édition, façon interview dessinée.

J’aimais déjà beaucoup le travail fantastique/SF de Frederik Peeters (Lupus, Château de sable, Aâma), et là, c’est une histoire intime, mais c’est aussi très bien raconté. Je me trouve d’ailleurs à court de mots pour bien en parlé (c’est pour ça que j’ai choisi une telle « présentation de l’éditeur », aussi détaillée). C’était une très belle lecture et je le conseille à tout le monde, sans distinction !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s