Sérum, Saison 1, épisode 1 – Henri Loevenbruck et Fabrice Mazza

Henri LOEVENBRUCK et Fabrice MAZZA

Sérum, Saison 1, épisode 1

Editions J’ai lu, 2012

181 pages

Présentation de l’éditeur

1773 : Mesmer invente l’hypnose.

1886 : Freud invente la psychanalyse.

2012 : Draken invente le sérum.

Une injection.

Sept minutes pour accéder au subconscient profond d’Emily Scott.

Un carnet pour décrypter ses visions fantasmagoriques.

Quelques jours pour empêcher le pire.

Mais quand les morts suspectes se multiplient, le NYPD se pose une question : Arthur Draken est-il un psychiatre de génie ou un dangereux criminel ?


Lola Gallagher, détective de police, enquête sur l’agression d’une jeune femme devenue amnésique après qu’on lui a tiré dans la tête. La jeune femme, qui se fait appeler Emily Scott, était poursuivie et s’est adressée à des caméras de surveillance en parlant de machination et d’enlèvement. Lola peine à trouver des informations sur Emily – celle-ci n’a pas d’empreintes digitales – et elle se tourne vers la psychologie et un de ses amis qui est psychiatre pour aider Emily  à se souvenir.

Le suspens est créé dès le début du roman. En effet, dès la première page, on est projeté dans un flash forward/un saut en avant/une prolepse, qui montre très clairement que la situation exposée dans ce roman va dégénérer et s’aggraver. Le tout va être de savoir de quelle manière et si le personnage qui a du sang sur les mains est coupable de quelque chose ou pas.

A l’enquête sur la vie d’Emily, s’ajoute des passages sur la vie personnelle de Lola, des chapitres centrés sur le personnage de Draken, le psychiatre, et d’autres sur les mystérieux agresseurs d’Emily.

Sérum est conçu comme une série TV. Ce premier tome ou épisode est comme un épisode introductif d’une série thriller. J’ai d’ailleurs hésité avant de chroniquer ce premier épisode, me demandant si j’avais assez de matière – mais étant donné que je risque soit de ne pas lire la suite avant un certain temps, soit de lire mais de ne pas chroniquer la série en cours de route, je m’y suis mise. Pardonnez-donc la légèreté de ce billet.

Sérum est une série qui a eu du succès au moment de sa sortie (il suffit de voir le nombre de chroniques publiées sur la fiche Livraddict du premier tome). C’est aussi une « série évènement » augmentée et interactive. En effet, des QR Codes disséminés dans les différents chapitres permettent d’accéder à des contenus différents (musique ou vidéo pour lire en étant d’autant plus plongé dans l’ambiance). Je n’ai pas pu accéder à ces contenus (la fille qui vit très bien sans smartphone), mais le concept en lui-même est très intéressant. Il y a aussi un site-web dédié à la série qui permet de pénétrer dans l’univers : www.serum-online.com. Henri Loevenbruck est d’ailleurs familier du procédé puisqu’il avait créé un site similaire avec son roman thriller ésotérique Le Mystère Fulcanelli.

Au delà de tout ça, ce fut une lecture rapide, efficace. Je suis curieuse de voir se qui va se passer ensuite. J’aime le côté thriller mêlé à cette invention dangereuse qu’est le Sérum et j’ai bien envie de connaître le fin mot de l’histoire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s