Reckless, 1. Le Sortilège de pierre – Cornelia Funke

Cornelia FUNKE
Reckless, 1. Le Sortilège de pierre
(traduit par Marie-Claude Auger et illustré par Cornelia Funke)
Editions Gallimard jeunesse, 2010
327 pages

Présentation de l’éditeur

En découvrant un monde extraordinaire derrière le miroir de leur appartement new-yorkais, Jacob Reckless pensait avoir trouvé la liberté. Mais cet univers fascinant est aussi dangereux et, un jour, Will, son jeune frère, déjoue la vigilance de Jacob et le suit à travers le miroir. Victime d’un maléfice, il se transforme en monstre brisant le coeur de celle qu’il aime… Reckless n’a que deux jours pour le sauver !


Le père de Jacob et Will Reckless disparaît alors qu’ils sont jeunes. En cherchant où il a pu aller, Jacob fouille son bureau et il y trouve un miroir qui le transporte dans un autre monde. Dans ce monde, dont il apprend à connaître les dangers, il devient un chasseur de trésor reconnu. Le royaume de ce monde parallèle est mis en danger par un affrontement entre humains et Goyls. Les Goyls sont des créatures à forme humaine, mais à la peau de pierre. Ennemis séculaires des humains, maltraités par ceux-ci, les Goyls se sont organisés et sont devenus plus forts. Lors de son dernier passage, Jacob est surpris par son frère Will, sensible et fragile, qui le suit à travers le miroir. Mais peu de temps après avoir quitté le monde réel, ils sont attaqués par des Goyls. Will est blessé et il commence à se changer en pierre. Alors que Jacob tente de sauver Will, celui-ci est le sujet d’une prophétie et ils sont poursuivis par les Goyls qui veulent le rallier à leur cause.

Ce roman m’est tombé dans les mains un peu par hasard. Il s’adresse plutôt à un public jeune ou adolescent, mais que cela ne vous arrête pas, cet univers se trouve être plus riche que je ne le pensais. L’auteur reprend et y transpose des éléments des contes traditionnels, de manière plus ou moins détournée. Jacob est un chasseur de trésor et il traque autant les pantoufles de verre qu’il visite des maisons en pain d’épice. Un élément qui m’a marqué, ce sont les licornes, des licornes qui s’attaquent avec virulence aux hommes qui veulent atteindre une île sur lesquelles vivent des fées. Ce sont donc des créatures loin de l’image de pureté et de fragilité qu’on leur prête dans la mythologie occidentale.

Le livre est illustré par l’auteur, ce qui fait que l’objet est plutôt chouette à feuilleter. Les illustrations sont en double page ou encadrent le texte. Le style est plutôt agréable (oui, je n’ai rien de plus à en dire). Les péripéties sont plutôt entraînantes et il y a pas mal d’actions. Je ne me souviens pas bien de la fin, mais il me semble que la situation laissait présager plein de choses palpitantes pour le second tome. Je lirai celui-ci quand il me tombera sous la main ou que je retournerai à la bibliothèque.

Au delà de ça, j’ai beaucoup aimé ma lecture. C’était une petite lecture simple, divertissante, et qui met en scène un univers dangereux nous confrontant à des créatures de cauchemar et les peurs qu’elles peuvent exercer. J’ai bien aimé ce que l’auteur a fait des Goyls, ces créatures ennemies, mais dont les motivations sont troubles. Elle ne crée pas un univers manichéen, et c’est quelques chose que j’ai particulièrement apprécié.

100255191_o

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s