Bilan – Mai et juin 2016

Le grand retour du bilan !

J’ai eu un petit passage à vide (la preuve : que deux romans lus en juin), mais je reviens tranquillement, avec une touche B qui fait des siennes, une playlist qui met en joie, et quelques perles par-ci par-là.

Playlist

Lectures

Romans

  • Le Cimetière des livres oubliés, 1. L’ombre du vent, Carlos Ruiz Zafon
  • Les Princes d’Ambre, 5. Les Cours du Chaos, Roger Zelazny
  • Le Sang de la trahison, Hervé Jourdain
  • L’échappée mexicaine, Sonia Bessone
  • Nous allons tous très bien, merci, Daryl Gregory
  • Stone Rider, David Hofmeyr
  • L’Ange du Chaos, Michel Robert
  • 7 Secondes pour devenir un aigle, Thomas Day
  • Les Outrepasseurs, 1. Les Héritiers, Cindy Van Wilder
  • Le train de la réalité, Roland C. Wagner
  • Histoires extraordinaires, Edgar Alan Poe
  • Chronique du tueur de roi, 2. La Peur du sage, partie 2, Patrick Rothfuss

Sur les 12 romans lus lors du mois de mai, on trouve à la fois des déceptions (L’Ombre du vent, Le Sang de la trahison, L’Ange du chaos), et de bonnes découvertes (Nous allons tous très bien merci, Stone Rider, 7 Secondes pour devenir un aigle). Parmi les lectures que j’attendais le plus, le tome 2 de La Peur du sage a été en deçà de ce que j’espérais (j’y ai trouvé des longueurs), tout comme Les Outrepasseurs, où le parti pris de l’auteur quant à la narration créée un effet étrange.

J’en parle un peu plus sur ma chaîne ici et .

  • Les Ch’tits hommes libres, Terry Prachett
  • La Voie des oracles, 1. Thya, Estelle Faye

Et sur les deux romans lus en juin, ce furent deux bonnes lectures, entre la suite de la découverte du Disque-Monde et un voyage dans la Gaule du Vème siècle dépeint par Estelle Faye. Après avoir lu Porcelaine et Un éclat de givre, il m’a manqué quelque chose au niveau de l’écriture, mais j’ai beaucoup aimé.

Bandes dessinées

  • Alvin, 1. L’Héritage d’Abélard, Régis Hautière et Renaud Dillies
  • Alvin, 2. Le Bal des monstres, Régis Hautière et Renaud Dillies
  • Les Quatre de Baker Street, tome 1 : L’affaire du rideau bleu, Jean-Blaise Djian, Olivier Legrand et David Etien
  • Dans la forêt : Conte fantastique en bande dessinée suivi du Guide de cryptozoologie, textes et bestiaires de fantaisie, Lionel Richerand
  • L’homme qui tua Lucky Luke, Matthieu Bonhomme

La perle du mois au niveau BD, c’est Alvin : une série de BD courte (deux tomes), avec un très beau dessin et une histoire touchante, dans les Etats Unis des années 1910. S’il y a un titre que je vous incite à lire sur ce bilan, c’est celui-ci.

Enfin, en tant que grande fan du personnage depuis des années, je n’ai pas pu passer à côté de L’homme qui tua Lucky Luke. Surtout que Matthieu Bonhomme revisite bien le mythe créé par Morris.

Mangas

  • Six half (tome 9), Ricaco Iketani
  • Last Hero Inuyashiki (tome 1), Hiroya Oku
  • Bienvenue au club (tome 1), Nikki Asada

Du papillonnage en manga, ce mois-ci : la suite de Six Half que je continue de lire au fur et à mesure ; la découverte d’un nouveau shojo (enfin nouveau pour moi, il est sorti il y a pas mal de temps déjà), Bienvenue au club, qui m’a plutôt amusée ; et Last Hero Inuyashiki, un seinen qui change, l’histoire d’un salaryman qui fait honte à sa famille qui se retrouve soudain avec d’étranges capacités.

ESSAI
  • N’espérez pas vous débarrasser des livres, Umberto Eco et Jean-Claude Carrière

Grande nouvelle ! En mai, j’aurai enfin réussi à lire le fossile ultime de ma PAL, un livre que j’ai depuis 2010 au moins : N’espérez pas vous débarrasser des livres. C’est une série d’entretiens entre Jean-Claude Carrière et Umberto Eco, avec pour point de départ le développement du livre numérique, et ces deux bibliophiles échangent des réflexions sur le livre, la culture… Très intéressant, mais j’espère en parler plus précisément dans un article prochainement.

Visionnages

Au cinéma

  • Le chasseur et la reine des neiges, Cédric Nicolas-Troyan
  • Quand on a 17 ans, André Téchiné
  • Captain America, Civil War, Anthony Russo et Joe Russo
  • Café Society, Woody Allen
  • Warcraft, Le Commencement, Duncan Jones

J’ai redécouvert le plaisir d’aller au cinéma sur un coup de tête et je me suis fait plaisir entre blockbusters et films d’auteurs. Je recommande particulièrement Quand on a 17 ans que j’ai beaucoup aimé. Malheureusement, je l’ai vu en « séance de rattrapage », il faudra donc attendre la sortie en VOD ou DVD pour pouvoir le voir de nouveau.

FILMS

  • Cendrillon, Kenneth Branagh
  • La Famille Bélier, Eric Lartigau
  • Lou, Journal infime, Julien Neel

Des quelques films vus en dehors des salles, je vous conseille surtout Lou ! Journal infime donc j’ai beaucoup aimé l’ambiance.


Voilà pour ce bilan. Il manque quelque chose pourtant, non ? Ou alors aurais-je réussi à résister à la tentation de la nouveauté ? Non, rassurez-vous : j’ai bien craqué en librairie ces deux derniers mois. J’ai juste décidé d’en parler dans un article à part qui sera publié prochainement.

Je sais que j’ai complètement abandonné le blog depuis mai, mais j’ai bien l’intention de m’y remettre, peut-être avec de nouvelles rubriques, je ne sais pas encore, ça se fera en fonction de mes envies.

J’espère que vous allez bien et que vous faites de belles lectures. Bonnes vacances et bel été !

Publicités

4 réflexions sur “Bilan – Mai et juin 2016

  1. 12 romans c’est pas mal :) Rien à rougir de ta panne de lecture. J’ai découvert le court roman de Daryl Gregory en mai moi aussi. Dans ma liseuse patiente 7 seconde pour devenir un aigle : j’avais tenté une première approche – râtée – je pense tenter plus tard. Ah, Rothfuss… ! Mais je comprends que tu aies ressenti des longueurs : il prend son temps, parfois, trop. J’espère que la suite de La Voie des oracles saura te conquérir. Bravo pour avoir lu la relique de ta PAL ! Des films que tu as vus, j’ai visionné Civil war que j’ai bien aimé, Cendrillon et La famille Bélier m’ont fait hausser les sourcils plusieurs fois. Alors vivement l’article des acquisitions :)
    (et courage pour le B, j’ai vécu pareille expérience avec le T)

    • Hey, merci ! Est-ce que tu as pu découvrir l’autre roman de Daryl Gregory ? Je suis curieuse de voir si c’est dans le même esprit que « Nous allons tous très bien merci ». Dans les premiers livres de Rothfuss, les longueurs ne m’avaient pas gênée, au contraire j’appréciais qu’il prenne son temps. Ici, je les ai notée, sûrement à cause du fait que le personnage est dans une situation un peu nouvelle. Ca ne m’a pas empêché d’apprécier cette lecture, même si c’était moins intense que les deux premiers tomes.
      J’ai eu une peu la même réaction que toi devant Cendrillon et la Famille Bélier. Cendrillon est long – et niais !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s