Funérailles célestes – Xinran

XINRAN
Funérailles célestes (traduit par Maïa Bhârathî)
 Postface de Claude B. Levenson
Editions Philippe Picquier, 2005
190 pages

Présentation de l’éditeur

Funérailles célestes est une histoire d’amour et de perte, de loyauté et de fidélité au-delà de la mort. Xinran dresse le portrait d’une femme et d’une terre, le Tibet, toutes les deux à la merci du destin et de la politique.

En 1956, Wen et Kejun sont de jeunes étudiants en médecine, remplis de l’espoir des premières années du communisme en Chine. Par idéal, Kejun s’enrôle dans l’armée comme médecin. Peu après, Wen apprend la mort de son mari au combat sur les plateaux tibétains. Refusant de croire à cette nouvelle, elle part à sa recherche et découvre un paysage auquel rien ne l’a préparée – le silence, l’altitude, le vide sont terrifiants. Perdue dans les montagnes du nord, recueillie par une famille tibétaine, elle apprend à respecter leurs coutumes et leur culture. Après trente années d’errance, son opiniâtreté lui permet de découvrir ce qui est arrivé à son mari…

Quand Wen retourne finalement en Chine, elle retrouve un pays profondément changé par la Révolution culturelle et Deng Xiaopong. Mais elle aussi a changé : en Chine, elle avait toujours été poussée par le matérialisme ; au Tibet, elle a découvert la spiritualité.


 Dans le cadre de son travail de journaliste à la radio, Xinran recueillait des témoignages de femmes. Un jour, l’une d’elles lui suggère de rencontrer une vieille femme étrange et vêtue à la tibétaine. Xinran se rend sur place et rencontre Shu Wen qui lui raconte son histoire. Pendant deux jours, Xinran écoute Shu Wen, subjuguée. Puis, celle-ci disparaît. Xinran, sidérée par son récit extraordinaire, n’a pas pu lui poser toutes les questions qu’elle aurait du pour rendre son histoire la plus complète possible. Elle a fini par l’écrire, dans l’espoir aussi d’atteindre Shu Wen par la publication du livre.

Shu Wen a épousé Kejun à la fin des années 1950. Idéaliste, celui-ci s’engage dans l’armée en tant que médecin. Il est envoyé au Tibet où il meurt deux mois plus tard. Persuadée qu’il vit toujours – les explications officielles ne sont pas claires – Wen s’engage à son tour dans l’armée comme médecin et part sur les traces de son mari. Son expédition tourne mal et elle se retrouve perdue dans les montagnes, en pleine nature sauvage et glacée. Elle est recueillie par une famille tibétaine nomade et découvre leur vie et leurs coutumes.

Ce livre est un excellent moyen de découvrir le Tibet – du moins sa partie très montagneuses, parcourue par des familles nomades et leurs troupeaux  – et sa culture. En effet, c’est un vrai choc culturel qui est décrit ici, tant Chine et Tibet sont différents et s’opposent. Il ne faut pas s’attendre avec ce livre à un récit sur le conflit entre la Chine et la Tibet et ses prolongements que l’on peut avoir encore aujourd’hui (l’appel au boycott lors des JO de Pékin, par exemple). Le récit est celui de la vie de Shu Wen qui a vécu des année dans cette famille coupée de tout, isolée au point qu’aucune nouvelle du conflit ou de la situation en Chine ne lui est parvenue. Et tout cela est aussi raconté par le prisme de Xinran, qui raconte ce que Wen lui a confié, mais aussi sa rencontre avec cette femme à la vie étonnante.

Cette histoire est triste, dépaysante – c’est bien le moins qu’on puisse dire – mais aussi très belle. Que ce soit la persévérance de Wen dans sa recherche, la bienveillance des gens qu’elle rencontre ou son amour toujours vif pour Kejun, il n’y a pas de quoi rester insensible. Je parlais de dépaysement et c’est aussi le plus fascinant dans cette histoire : la découverte des coutumes tibétaines, très empruntes de religion, dans la vie quotidienne comme dans les festivités, jusqu’au rituel des funérailles célestes (si vous ne savez pas ce que c’est, lisez le livre !). Ce qui nous est montré est aussi une vie sereine, en harmonie avec son environnement, cette nature parfois terrifiante. La  confrontation avec les chinois, dans leur course au progrès est d’autant plus violente… 8470b-abc2016

Publicités