Dragon bleu, tigre blanc – Qiu Xiaolong

 

QIU Xiaolong

Dragon bleu, tigre blanc (traduit par Adélaïde Pralon)

Editions Liana Levy, 2014

304 pages

Présentation de l’éditeur

Stupeur à la brigade des affaires spéciales de la police de Shanghai. Sous couvert d’une promotion ronflante, l’inspecteur Chen est démis de ses fonctions. Après tant d’enquêtes menées contre les intérêts du pouvoir, pas étonnant qu’on veuille sa peau. Forcé d’agir à distance, inquiet pour sa vie, Chen affronte l’affaire la plus délicate de sa carrière tandis qu’à la tête de la ville, un ambitieux prince rouge et son épouse incarnent le renouveau communiste. Alors que dans les rues résonnent les vieux chants révolutionnaires, ambition et corruption se déclinent plus que jamais au présent.

Avec une amère lucidité, Qiu Xiaolong réinterprète à sa manière le scandale Bo Xilai qui secoua la Chine en 2013.


Alors qu’il se rend sur la tombe de son père pour lui rendre hommage et l’entretenir, selon la tradition, Chen réfléchit au nouveau rebondissement de sa carrière. Après avoir été inspecteur principal de la brigade des affaires spéciales pendant des années, le voici propulsé dans un placard doré. Qui, en lien avec ses enquêtes en cours – entre la mort suspecte d’un américain, la disparition d’un « Gros Sous » accusé de corruption, et un scandale sanitaire – peut vouloir le faire taire ? L’affaire se corse quand Chen échappe de justesse à une arrestation mise en scène pour le surprendre dans un bar scandaleux en présence de prostituées. Il décide alors de se mettre au vert le temps de rénover la tombe de son père, tout en enquêtant discrètement avec l’aide de ses amis restés à Shanghai. Il ne tardera pas à déterrer un nouveau scandale de corruption et quelques cadavres.

J’ai retrouvé avec joie l’ambiance que j’avais découverte dans Cyber China : le portrait désabusé d’une Chine entre scandales politiques, phénomènes sociaux, poésie et gastronomie. Ce roman-là s’agrémente d’un délicieux frisson de suspens : Chen est un homme traqué, surveillé et il joue contre la montre. Cette aventure nous permet aussi de faire une incursion dans le monde de l’opéra chinois. Et j’aime autant ce que je découvre de la Chine dans ces romans que l’enquête en elle-même.

J’ai peu à dire sur ce roman – ou alors je suis rouillée pour ce qui est d’écrire des chroniques littéraire – mais je vous encourage à découvrir cette série de romans et d’enquêtes. Je n’ai lu que deux tomes sur les neuf publiés, mais j’aime beaucoup. C’est fou – comme le dit l’auteur « La vie est Chine est plus invraisemblable que dans mes romans » – et édifiant, et on a l’impression de mettre le doigt sur les paradoxes qui traversent la société chinoise aujourd’hui. Et j’aime ce genre de sentiments quand je sors d’un livre : avoir appris et compris quelque chose tout en ayant passé un agréable moment de lecture.

FRRAT1

Lu pour le French Read-A-Thon Summer édition 2016. Catégorie « un roman avec du bleu ou du jaune sur la couverture ».

8470b-abc2016

Publicités

Temps glaciaires – Fred Vargas

Fred VARGAS
Temps glaciaires
Editions Flammarion, 2015
489 pages

Présentation de l’éditeur

Adamsberg attrapa son téléphone, écarta une pile de dossiers et posa les pieds sur sa table, s’inclinant dans son fauteuil. Il avait à peine fermé l’oeil cette nuit, une de ses soeurs ayant contracté une pneumonie, dieu sait comment.

– La femme du 33 bis ? demanda-t-il. Veines ouvertes dans la baignoire ? Pourquoi tu  m’emmerdes avec ça à 9 heures du matin, Bourlin ? D’après les rapports internes, il s’agit d’un suicide avéré. Tu as des doutes ?

Adamsberg aimait bien le commissaire Bourlin. Grand mangeur grand fumeur grand buveur, en éruption perpétuelle, vivant à plein régime en rasant les gouffres, dur comme pierre et bouclé comme un jeune agneau, c’était un résistant à respecter, qui serait encore à son poste à cent ans.

– Le juge Vermillon, le nouveau magistrat zélé, est sur moi comme une tique, dit Bourlin. Tu sais ce que ça fait, les tiques ?


Adamsberg est sollicité par le commissaire Bourlin à propos d’un suicide qui lui semble suspect à cause d’un signe étrange dessiné sur les lieux du crime. Un témoignage opportun les amène à un autre suicide suspect, à une étrange affaire qui s’est déroulée en Islande dix ans plus tôt, et à un club reconstituant les assemblées révolutionnaires de la Terreur.

Je connais bien l’œuvre de Fred Vargas, aussi me plonger dans son dernier c’est comme retrouver un environnement familier : on connaît les personnages, et on se régale de leurs manies. En effet, le commissaire Adamsberg est un fascinant personnage. Du genre brouillon, rêveur, avec une intuition redoutable quand il s’agit de mettre le doigt sur le détail qui résoudra tout. Son équipe est aussi des plus particulières, entre Danglard, le puits de science, Retancourt, la force de la nature, et les autres, parmi lesquels un hypersomniaque et un gros chat. On trouve aussi dans cet épisode un sanglier apprivoisé – détail crucial !

Tout ça nous mène et nous égard dans une enquête qui a ses longueurs mais qui se révèle surprenante. C’est toujours un bonheur que de retrouver ces personnages dans un nouveau roman. J’aime toujours autant, aussi n’hésitez pas à lire ces romans ou à les découvrir !

a80c8-coldwinterchallenge4_medium

Exécutions à Victory – S. Craig Zahler

S. Craig ZAHLER

Exécutions à Victory (Traduit par Sophie Aslanides)

Editions Gallmeister, 2015

468 pages

Collection Néonoir

Présentation de l’éditeur

Après un échange bref et brutal avec un flic de l’Arizona, un homme d’affaires se suicide. La sanction tombe aussitôt. Jules Bettinger, le flic désobligeant mais très décoré, est muté avec femme et enfants dans un trou perdu. A Victory, dans le Missouri. Là des pigeons morts jonchent les rues et on dénombre plus de sept cent criminels pour un policier. Bientôt, dans cette ville glaciale, ce ne sont pourtant pas des pigeons mais des cadavres mutilés que Bettinger va ramasser à la pelle.


Jules Bettinger aurait dû faire preuve de plus de tact quand cet homme est venu lui parler de la disparition de sa très jeune petite amie avec un paquet d’argent sous le bras. Le suicide est brutal, tout comme la mutation à Victory, Missouri. Au delà du fait qu’il y fasse froid – chose que Bettinger déteste -, les statistiques de la criminalité sont affolantes : on dénombre 1 flic pour 700 criminels. Jules se met au travail, affublé d’un nouveau partenaire, Dominic Williams, policier rétrogradé pour avoir tabassé un suspect. L’arrivée de Bettinger bouscule un peu les habitudes du commissariat, et notamment celles de son coéquipier qui n’apprécie ni ses méthodes, ni sa façon de fouiner dans des affaires qui ne le concernent pas. Puis, deux jours après l’arrivée de Bettinger, c’est l’hécatombe et des attaques se multiplient en ville.

Exécutions à Victory se passe dans cette frange des USA où la loi a tellement peu d’effet que se pose la question, pour les policiers : comment faire son métier efficacement sans pencher vers l’illégalité ? Ce roman montre le moment où la question ne se pose plus puisque la survie devient le seul impératif.

L’auteur pose un fabuleux décor pour son récit noir et violent. Victory est une ville glaciale, miséreuse, avec des quartiers délabrés voire abandonnés qui sont devenus des zones de non droit. Il y a ces cadavres de pigeons qui tombent du ciel, et on y hait la police. L’ambiance est donc sombre comme il faut, glauque et pesante à souhait.

J’ai beaucoup aimé le personnage de Jules Bettinger. Il est blasé, cynique, a une bonne répartie et l’ironie facile. Le sarcasme et l’humour noir sont bien sûr au rendez-vous, dans des dialogues finement ciselés. L’écriture est efficace et embarque son lecteur pour le plonger dans Victory, son ambiance, puis l’action se fait haletante jusqu’à son dénouement. Il y a aussi un côté réaliste qui fait que cette histoire paraît très plausible, que ce soit dans la description de la ville ou les portraits de personnages.

Vu tous les points soulevés dans le paragraphe précédent, on pourrait penser que je sois très enthousiaste à cette lecture. Mais ce n’est pas vraiment le cas. J’ai plutôt été dérangée par l’histoire de Victory et les évènements qui la secouent. Le livre n’est pas mauvais, mais j’ai moins bien supporté les descriptions glauques des horreurs qui sont exécutées. J’ai d’ailleurs été plutôt étonnée de voir que c’était peu soulevé dans les chroniques, c’était donc peut-être un ressenti très personnel par rapport à cette histoire. Le livre n’est pas mauvais en soi, c’est un bon polar, très violent quand même, à l’aune de son contexte et de cette ville, Victory, et malgré le personnage, malgré les dialogues, malgré tous ces éléments qui font d’ordinaire les polars que j’aime, c’était plus dérangeant pour moi que jubilatoire.

8470b-abc2016

Témoin de la nuit – Kishwar Desai

Kishwar DESAI

Témoin de la nuit (traduit par Benoîte Dauvergne)

Editions de l’Aube, 2014

283 pages

Présentation de l’éditeur

Simran Singh, travailleuse sociale, est chargée d’une affaire délicate : une adolescente est retrouvée dans la luxueuse maison familiale, bâillonnée et brûlée après avoir été violée. Autour d’elle, treize cadavres empoisonnés. Pourtant la police soupçonne bientôt la jeune fille ! A charge pour Simran de découvrir la vérité, dans une société où naître fille peut s’avérer dangereux…

Best-seller traduit dans une dizaine de pays, Témoin de la nuit a reçu la Costa First Novel Award en 2010.


Simran Singh est une femme célibataire, qui a la quarantaine, chose inimaginable pour sa mère et une bonne partie de la population. Elle est travailleuse sociale bénévole, dans les prisons. Elle est appelée par un de ses amis, chef de la police de Jullundur dans le Punjab, sa ville d’origine, pour qu’elle parle à une jeune fille dépressive et traumatisée qui a survécu à l’assassinat de toute sa famille. La police la soupçonne et Simran est chargée de gagner sa confiance, de la faire parler et de découvrir sa version de ce qui s’est passé.

L’affaire est sordide. L’adolescente de quatorze ans, Durga, a été retrouvée dans la maison de sa famille, attachée à un lit, à moitié empoisonnée, brûlée et violée. Dans la maison, les membres de sa famille gisent assassinés, empoisonnés et pour certains poignardés. Les preuves manquent pour déterminer quel a été son rôle, ou elles sont trop accablantes et toutes accusent la jeune fille. En cherchant à se rapprocher de Durga, Simran enquête un peu sur sa famille, et sa soeur qui a disparu cinq ans plus tôt. La famille Atwal était une famille riche, aisée, et qui avait bonne réputation. Mais ils haïssaient une chose en particulier : leurs filles.

Je ne vais pas en dévoiler plus sur l’intrigue de cette histoire – elle mérite d’être découverte en même temps que Simran. Mais il est intéressant de voir cette femme libre et indépendante – elle fume, boit et couche avec des hommes en dehors du mariage – confrontée à des hommes qui la méprisent sur une affaire de femmes oppressées. On suit à la fois les pensées de Simran, son récit de l’enquête sur la famille de Durga et son idolâtrie pour les fils, une sorte de journal que Durga écrit en prison et un échange de mails entre Simran et Binny, la belle-soeur de Durga.

Ce roman noir est très ancré dans des faits de société qui ont encore cours en Inde au nom d’une tradition sinistre. Celle simplement que les filles sont un fardeau, et que la naissance d’une fille est un désastre quand celle d’un garçon est une bonne chose. L’auteur révèle un certain nombre de fait que j’ignorais et qui sont glaçants. Le foeticide est d’ailleurs courant. Dans certaines familles, les bébés de sexes féminins sont enlevés à leur mère dès la naissance, endormis à l’opium avec l’espoir qu’ils ne se réveillent pas. On a d’ailleurs des faits démographiques marquants : dans certains régions d’Inde le « sex ratio » est de moins de 500 femmes pour 1000 hommes.

Un polar noir, très noir, qui va visiter l’aspect sinistre de la société indienne, puisqu’on a aussi un aperçu de la corruption de la police et du système judiciaire, sans parler de viol, du commerce des femmes, et des mariages arrangés. Tout ce récit n’aurait pas été possible si le personnage n’avait pas été une femme indépendante. Cela fait que le récit est trouble : pas de manichéisme. On a son point de vue, donc son jugement – souvent vacillant – sur les protagonistes qu’elle va côtoyer. Et finalement tout n’est pas tranché. L’histoire est horrible, le portrait de cette famille est glaçant, mais pour autant, en ce qui concerne les autres personnages impliqués – le chef de la police par exemple -, leur rôle est moins clair, et il est difficile de les juger.

Le style n’est pas transcendant, c’est même de ce point de vue-là assez oubliable, mais tout le contexte du roman, ce qu’il montre de la société indienne est passionnant : les traditions, les relations avec les parents, le contexte social et politique, l’Histoire de la région. C’est ce qui me plaît autant dans ce genre de roman, très noir, mais très ancré dans leur contexte social et qui font apprendre beaucoup de choses à leurs lecteurs. Je le conseille donc pour cette raison et je suis curieuse de lire d’autres aventures de Simran Singh.

Pour en savoir plus : le documentaire radio de Julie et Jean-Philippe Navarre « Collection Particulière : La condition des femmes en Inde » (France Culture).

Les Nécrophiles Anonymes, 1. Quadruple assassinat dans la rue de la Morgue – Cécile Duquenne

Cécile DUQUENNE

Les Nécrophiles Anonymes, 1. Quadruple assassinat dans la rue de la Morgue

Editions Voy'[el], 2012

185 pages

Présentation de l’éditeur

Népomucène, préposé à la Morgue, mène une vie tranquille et nocturne en compagnie de Bob, vampire d’environ 150 ans d’âge. Lorsqu’il manque de devenir la cinquième victime d’un mystérieux assassin, son ami de longue date mène l’enquête. L’immortel est certain qu’une autre créature surnaturelle a commis le massacre.


Népomucène, bedonnant, misanthrope, travaille à la morgue, la nuit, ce qui l’arrange puisqu’il préfère la compagnie des morts à celle des vivants. D’ailleurs il y a rencontré Robert Joachim Charles-Henri de Bruyère, aussi appelé Bob, qui est devenu son meilleur ami et avec lequel il a ses habitudes : apéro, promenades nocturnes et expériences de résurrection sur des chats à base de venin vampirique. Étant en contact avec un vampire, Népomucène est vaguement conscient que tout un monde fantastique existe, mais il ne connait que très peu ces particularités et ceux qui l’habitent. Pourtant, cette existence va lui sauter aux yeux le jour où il échappe de peu à un meurtre sanglant et sauvage. Face à cette menace, Bob va se mettre à enquêter, et Népomucène va le suivre et découvrir peu à peu ce monde empli de créatures fantastiques.

Ce petit roman m’a énormément séduit : histoire de vampire qui détourne les canons de la Bit Lit, avec un personnage principal masculin loin de l’archétype du héros ou de l’héroïne de Bit Lit. Il y a beaucoup de détails amusants, et la relation entre Népomucène et Bob est aussi sympathique. Un peu ambigüe, mais sympathique. Ce sont des personnages qu’il est plaisant de suivre, et grâce à ça les pages se tournent toutes seules.

Après, il ne faut pas non plus s’attendre à des miracles. Il y a certes un aspect polar, avec un peu d’action, mais vue la longueur du récit, tout cela passe assez vite, ça aurait peut-être mérité quelques développements supplémentaires. Malgré cela, c’est une série qui me plaît et que j’ai envie de poursuivre. La suite au prochain épisode !

100255191_o

Des clous dans le coeur – Danielle Thiéry

Couverture - Des clous dans le coeur

Danielle THERY

Des clous dans le coeur

Editions Fayard, 2012

396 pages

Présentation de l’éditeur

« Il y a des affaires qui te pourrissent la vie…, elles restent en toi, plantées dans ton coeur comme un clou qu’un mauvais plaisant s’amuserait à manipuler… »

Miné par ses excès et la maladie, le commandant Revel crache le sang et sa haine de l’hypocrisie. Bourru, taiseux et rogue, il enrage devant les affaires non résolues à la PJ de Versailles : morts suspectes, disparitions…

Comment la vérité pourra-t-elle sortir de la bouche d’un enfant autiste ?

Son équipe respecte les mystères du « patron » et, au-delà de la simple « vérité due aux familles », la vérité complexe d’un grand flic dont le courage en impose à la mort, celle des autres comme la sienne !


Dans le genre 4è de couv’ WTF, celle des Clous dans le coeur s’impose. Que ceux qui y ont compris quelque chose lève la main !

Je ne sais plus selon quels critères j’avais choisi ce roman parmi d’autres sur la table consacrée à cette auteur dans un festival de polar, mais je dois dire que le fait de relire cette 4è de couverture après la lecture du roman (ou pendant, je ne sais plus) m’a plongée dans la confusion. Bon j’avoue, une fois qu’on fait le lien, qu’on remet les virgules à leur place et qu’on évacue les guillemets (beaucoup trop nombreux dans ce roman), les choses reprennent leur forme. Récapitulons comme il faut.

Maxime Revel, commandant au commissariat de Versailles, est hanté par une affaire irrésolue depuis 10 ans : celle du couple Porte, assassinés dans leur bar, le même jour que la disparition de Marieke, la femme de Revel. Dix ans après, alors que son équipe doit travailler sur la mort suspecte d’une ancienne star, Revel découvre de nouveaux développements dans l’affaire Porte, qui pourraient mener à l’arrestation du coupable. Revel est miné par des années de cigarettes et d’obstination. Toujours hanté par la disparition de sa femme, il ne sait pas comment gérer sa fille, Léa, une adolescente anorexique. Leurs rapports se sont d’autant plus compliqués que Revel fuit sa maison, obsédé par l’affaire Porte qui semble avoir des connexions avec la nouvelle affaire sur laquelle travaille son équipe. Le retour dans le voisinage du couple Porte d’un jeune homme autiste, enfant au moment de l’assassinat, ouvre de nouvelles perspectives : il est fasciné par les voitures, dont il retient la moindre caractéristiques grâce à sa mémoire photographique.

L’idée de base n’est pas mal. Même, l’intrigue policière est très bien menée, et le travail des policiers est décrit de manière très réaliste, entre leur rapport avec leur hiérarchie, les juges d’instruction, les procureurs ou encore la police scientifique, ou toute la paperasse qu’ils doivent effectuer. Les personnages, et notamment l’équipe d’enquêteur sont bien caractérisés. Mais ils sont traités inégalement selon leur importance ou leurs apparitions. Tout est fait pour que l’on s’y attache, qu’on les trouve humains, avec leurs problèmes personnels ou leurs défauts. Cela aboutit parfois à des portraits tracés à gros traits, proche du cliché. Il y a d’ailleurs par moment une impression d’accumulation pour ce qui est des problèmes personnels un peu trop évidente et presque cliché : le commandant cumule forcément des problèmes de santé, une obsession dont il ne peut se débarrasser, et une fille anorexique et fugueuse. Et puis il y a le grand timide, le tombeur, celui qui est cocu, et la jeune lieutenant qui a des problèmes avec son image. Le tout pendant les fêtes de fin d’année, là où la moindre défaillance dans la sociabilité est exacerbée (au moins ce sera l’un des rares livres de l’année que j’aurais lu en adéquation avec la saison en cours) et couronné par une fin à la façon « ce qu’ils sont devenus ». Ça et l’overdose de guillemets, et c’est à peu près tout ce que j’ai à reprocher à ce roman.

Roman bien mené donc, mais pas si marquant. L’intrigue paraît au premier abord des plus banales, au point que l’un des enquêteurs s’interroge à un moment donné sur l’intérêt de rendre justice à des personnes qui ont vécu anonymement, sans être appréciés par leur entourage et qui ne laissent derrière eux que de l’amertume. Cette question nous nous la posons aussi.

Le point fort de ce roman c’est donc ce réalisme dans le traitement de l’enquête et des personnages (l’auteur ayant fait carrière dans la police, c’est bien ce qu’on pouvait attendre d’elle). Mais il lui manque décidément quelque chose pour surpasser ces quelques défauts et devenir un roman à retenir. C’est peut-être parce que c’est un one-shot (il me semble) et que les personnages n’auront aucun autre développement par la suite. Je quitte donc ce livre avec le regret de constater qu’il manque de potentiel, mais pas au point de bouder son auteur pour de prochaines lectures. Il est fort possible que cela n’apparaisse pas dans ses autres romans.

Pour conclure, cette lecture n’était pas désagréable, mais les défauts du roman gâchent l’appréciation générale et je pense qu’il sera vite oublié.

Le Mystère de la chambre jaune – Gaston Leroux

chambre jauneGaston LEROUX

Le mystère de la chambre jaune

Editions La Bibliothèque électronique du Québec

Publié originellement en 1907

530 pages

Lu au format .Pdf

Présentation de l’éditeur

Alors qu’elle était enfermée à double tour dans sa chambre, Mathilde, la fille du célèbre professeur Stangerson, est victime d’une terrible agression. Et pourtant, la pièce était barricadée comme un coffre-fort ! Par où l’assassin a-t-il bien pu s’enfuir ? Frédéric Larsan et le jeune Joseph Rouletabille, journaliste et détective en herbe, mènent l’enquête…

Mon avis

Saint-Clair, le narrateur, raconte, plusieurs années après les évènements, ce qui s’est passé autour du mystère qui a secoué l’actualité. Mathilde Stangerson a été agressée dans une pièce fermée de l’intérieur, alors qu’elle y était seule, et l’assassin, une fois la porte ouverte de force, n’a été découvert nulle part. Tout le mystère réside alors en une seule question (et c’est ce que Rouletabille, secondé par le narrateur, va tenter de résoudre) : comment l’assassin est-il sorti de la pièce alors que celle-ci n’a qu’une seule porte, celle défoncée par les proches de la victime, et une fenêtre scellée avec des barreaux.

Cette énigme est célèbre, et Rouletabille en propose une résolution exemplaire alimentée par plusieurs péripéties. Le personnage est posé entre le narrateur qui, sans être bête, n’a pas son illustre intelligence et peine parfois à suivre les découvertes de son ami, et Frédéric Larsan, célèbre enquêteur de police, qui bénéficie d’une légitimité que Rouletabille n’a pas (parce qu’il est un jeune journaliste de 18 ans, à peine, autant dire un enfant) et qui va proposer une autre solution qui va accuser des innocents que notre héros va s’empresser de défendre.

Le roman suit le schéma classique d’un roman à énigme (un crime a été fait, l’enquêteur arrive sur les lieux pour faire ce qu’il doit faire, et il va révéler l’identité du coupable et résoudre le mystère lors d’une révélation finale impliquant tous les personnages de l’intrigue dans laquelle il va expliquer le moindre des indices qu’il a récolté), tout en taclant au passage Edgar Allan Poe et Arthur Conan Doyle (Rouletabille n’aime pas Sherlock Holmes ; personnellement, je n’ai pas d’avis), et en ajoutant quelques scènes qui pourraient presque être de l’action (presque parce que c’est raconté avec moult détails qui noient tout le reste et ralentissent le rythme).

Pour ma part, lors de ma lecture, j’ai été partagée entre une lassitude de plus en plus prégnante face aux multiples détails et les descriptions à rallonge (ce qui est la substantifique moelle de ce genre de roman en soi, puisque que c’est dans les détails infimes ou la dispositions précises des pièces que se trouve la solution le plus souvent) et la fascination pour le mystère. La résolution finale est très étonnante. J’ai bien aimé, mais si j’ai commencé cette lecture en e-book (trouvé sur un site type Projet Gutenberg), je l’ai fini en audiolivre, parce que j’ai pu écouter sans me préoccuper de ces détails et en faisant autre chose. Pour vous donner une idée, j’ai trouvé que c’est un livre quand même imposant, vu ce que suggère le genre : 530 pages en e-book et plus de 8h en audio. Je garde en tête les fins romans à énigme d’Agatha Christie (environ 250 pages). Mais vu l’ampleur du mystère, ça peut se comprendre.

Le mystère de la chambre jaune est un classique du polar que j’ai été très curieuse de découvrir. J’ai fini par être lassée par ces longueurs, mais j’ai été contente d’arriver au bout et de découvrir la solution au mystère (d’ailleurs, je suis assez contente de me rendre compte que j’avais soupçonné au moins une fois le coupable, parmi tous les autres). C’était d’ailleurs assez amusant de constater sur la fin que Rouletabille adresse à son ami Saint-Clair, le narrateur, des reproches en lui disant qu’il lui avait glissé des indices, que Saint-Clair aurait dû identifier des choses dans son comportement qui l’aurait éclairé sur l’identité du coupable. C’est aussi une façon de dire au lecteur : alors, t’avais trouvé ? Et c’est aussi le jeu quand on lit ce genre de roman !

Et vous, vous avez envie de vous laissez prendre à ce jeu ? ;-)

XXe siècle