Kids on the slope – Yuki Kodama

Yuki KODAMA

Kids on the slope

Editions Kaze Manga, 2013

9 tomes (série terminée)

Collection Kazé Seinen

Présentation de l’éditeur

À la fin des années 60, alors que le Japon occupé fait face à de grands changements sociaux, la musique venue des États-Unis va faire naître, entre deux adolescents que tout oppose, une amitié complexe. Kaoru vient tout juste d’emménager en ville. D’un naturel solitaire et studieux, il n’a pas pour habitude de se mêler à ses camarades de classe. Et pourtant, sa rencontre avec le bagarreur Sentarô va radicalement changer sa vie…


Le père de Kaoru Nishimi est marin, ce qui l’oblige à travailler loin de chez lui et à déménager de nombreuses fois avec son fils. Au début du manga, Kaoru est confiée à la famille de son oncle qui habite à Kyushu. Il intègre un lycée local, et s’attend comme les autres années, à travailler sérieusement pour intégrer une université de médecine à Tokyo, comme sa famille l’a décidé pour lui, sans chercher à se socialiser. Mais il souffre de nausées dues au stress, qu’il ne peut calmer qu’en restant au grand air, de préférence sur le toit du lycée. En cherchant à rejoindre ce refuge, il va rencontrer Sentarô, un lycéen de sa classe, grand, baraqué et bagarreur, et fan de jazz qui va l’entraîner à la découverte de cette musique si différente du classique qu’il joue habituellement.

Au cours des autres tomes, on va suivre l’évolution de leur amitié, les problèmes qu’ils affrontent au lycée ou dans leur famille, leurs amours, et, évidemment, leur passion pour le jazz. Dit comme ça l’intrigue semble classique pour un manga de ce type, et c’est vrai. Mais je lui ai trouvé beaucoup de qualités, et surtout il est à mes yeux dénué de ce qui peut me déplaire dans les mangas.

Le personnage principal est un garçon, et les ressorts de l’intrigue sont de l’ordre de l’amitié, de la passion pour la musique, et un peu de la romance. Le contexte historique a une place très importante puisqu’il conditionne pas mal de choses en terme de relations familiales ou amoureuses, ou encore en terme d’attentes et de contraintes pour les personnages. Il y a notamment la forte présence de l’armée américaine, en sachant que les femmes japonaises qui ont eu des relations avec des soldats sont parfois reniées par leur famille. Les métis, comme Sentarô, sont mal vus. Il y a aussi un contexte de mobilisation et de revendication au sein des universités qui va impacter très fortement la vie d’un personnage secondaire.

Le dessin est simple, sobre, loin de l’univers shojo. J’aime beaucoup l’intrigue que ce manga propose, entre tranche de vie et musique. Les personnages ont droit à une belle évolution. Le duo de base est attachant, et on apprécie aussi les personnages secondaires, notamment Ritsuko, l’amie d’enfance de Sentarô, dont le charme simple plait beaucoup à Kaoru. Les scènes de musique m’ont bien plu, avec cette ambiance joyeuse et dynamique des jam sessions. Ça donne envie d’écouter du jazz.

Ce manga m’a vraiment charmée avec son ambiance rétro des années 1960. Tous les tomes ne sont pas parfaits et il y a parfois des évènements qui arrivent étrangement, mais je me suis beaucoup attachée aux personnages et j’ai pris un grand plaisir à relire de temps en temps ce manga en attendant la sortie de son 9e et dernier tome. La série voit son aboutissement avec ce dernier volume. Cette fin est satisfaisante et arrive à point. Ainsi, l’intrigue ne se perd pas en tours et détours inutiles.

Ce manga m’avait été conseillé et je ne peux que remercier cette personne de m’avoir fait découvrir ce manga qui a rejoint le cercle très fermé de ces séries que j’adore et qui me touche par leur simplicité et leur justesse dans le traitement de leur intrigue et de leurs personnages.

Sur ce je vous laisse avec le trailer de l’animé pour vous mettre dans l’ambiance, et je vais aller écouter du jazz ;)

Des films en quelques mots (5)

Le blabla introductif est . Au programme, les films que j’ai vu au cinéma depuis janvier sans avoir le temps de les chroniquer. Cet article a donc quatre mois de retard (mais vieux motard que jamais… euh mieux vaut tard que jamais, n’est-ce pas ?).

Vu le temps qu’il m’a fallu pour pondre cette article, vous m’excuserez, s’il vous plaît, du fait que mes avis soient encore plus courts que d’habitude et donc peu argumentés. Si vous souhaitez plus de détails n’hésitez pas à me le faire savoir. Merci pour votre indulgence. *s’incline* :)

Le vent se lève – Hayao Miyazaki

Affiche - Le vent se lèveLong métrage japonais, sorti en 2014, avec les voix de Hideaki Anno, Miori Takimoto, Hidetoshi Nishijima…

Genre : Animation. Drame.

Synopsis

Inspiré par le fameux concepteur d’avions Giovanni Caproni, Jiro rêve de voler et de dessiner de magnifiques avions. Mais sa mauvaise vue l’empêche de devenir pilote, et il se fait engager dans le département aéronautique d’une importante entreprise d’ingénierie en 1927. Son génie l’impose rapidement comme l’un des plus grands ingénieurs du monde. Le Vent se lève raconte une grande partie de sa vie et dépeint les événements historiques clés qui ont profondément influencé le cours de son existence, dont le séisme de Kanto en 1923, la Grande Dépression, l’épidémie de tuberculose et l’entrée en guerre du Japon. Jiro connaîtra l’amour avec Nahoko et l’amitié avec son collègue Honjo. Inventeur extraordinaire, il fera entrer l’aviation dans une ère nouvelle.

Mon avis

La vie de cet ingénieur se déroule dans ce Japon d’avant guerre. J’ai mis un peu de temps à me repérer dans cette époque (je ne savais pas quand ça avait lieu et ça m’a d’abord perturbée). La vision de ce Japon qui cherche à rattraper la modernité des pays occidentaux est aussi très intéressante. Le film est beau, lumineux ; il a aussi sa part d’ombre quand le rêve se transforme en cauchemar. J’en garde un souvenir marquant et doux, la poésie du quotidien, de l’amour, de la nature est sans cesse présente.

Voir l’avis de : La croisée des chemins

Only lovers left alive – Jim Jarmusch

Affiche - Only Lovers left aliveLong métrage allemand, britannique, sorti en 2014, avec Tom Hiddleston, Tilda Swinton, Mia Wasikowska…

Genre : Romance. Drame.

Synopsis

Dans les villes romantiques et désolées que sont Détroit et Tanger, Adam, un musicien underground, profondément déprimé par la tournure qu’ont prise les activités humaines, retrouve Eve, son amante, une femme endurante et énigmatique. Leur histoire d’amour dure depuis plusieurs siècles, mais leur idylle débauchée est bientôt perturbée par l’arrivée de la petite sœur d’Eve, aussi extravagante qu’incontrôlable. Ces deux êtres en marge, sages mais fragiles, peuvent-ils continuer à survivre dans un monde moderne qui s’effondre autour d’eux ?

Mon avis

J’adore ! La BO, l’ambiance, le parti pris sur ces créatures fantastiques, désabusées de ce monde qui tourne trop vite, les promenades en voiture dans Detroit désaffectée, cette histoire d’amour qui perdure à travers les âges, les souvenirs d’époques passées et dépassées, les grands noms cités comme des connaissances… J’ai savouré ce film.

12 years a slave – Steve McQueen

Affiche - 12 years a slaveLong métrage américain, sorti en 2014, avec Chiwetel Ejiofor, Michael Fassbender, Benedict Cumberbatch…

Genre : Drame. Historique.

Synopsis

Les États-Unis, quelques années avant la guerre de Sécession. Solomon Northup, jeune homme noir originaire de l’État de New York, est enlevé et vendu comme esclave. Face à la cruauté d’un propriétaire de plantation de coton, Solomon se bat pour rester en vie et garder sa dignité. Douze ans plus tard, il va croiser un abolitionniste canadien et cette rencontre va changer sa vie…

Mon avis

Encore un film que j’ai beaucoup aimé. je conserve le souvenir de beaucoup de violence, dans les actes et dans les propos. C’est en tous cas un film marquant sur l’esclavage.

Grand Budapest Hotel – Wes Anderson

Affiche - Grand Budapest HotelLong métrage américain, sorti en 2014, avec Ralph Fiennes, Tony Revolori, F. Murray Abraham…

Genre : Comédie. Drame.

Synopsis

Le film retrace les aventures de Gustave H, l’homme aux clés d’or d’un célèbre hôtel européen de l’entre-deux-guerres et du garçon d’étage Zéro Moustafa, son allié le plus fidèle. La recherche d’un tableau volé, oeuvre inestimable datant de la Renaissance et un conflit autour d’un important héritage familial forment la trame de cette histoire au coeur de la vieille Europe en pleine mutation.

Mon avis

Un film très drôle qui m’a apporté une certaine fraîcheur (et pas seulement parce que ça se passe en hiver). Il y a un côté burlesque qui m’a beaucoup plu, contrebalancé par un propos sous-jacent plus sérieux. J’ai juste eu un peu de mal avec cette brochette d’acteurs connus qui ont de petits rôles (pourquoi ne pas laisser leur chance à des acteurs moins reconnus ?)

Lollipop – Ricaco Iketani

Couverture - Lollipop 1Couverture - Lollipop 6

Ricaco IKETANI

Lollipop

Éditions Delcourt, 2008

7 volumes publiés (série terminée)

.

Présentation de l’éditeur

Madoka, une lycéenne comme les autres, aux parents un peu ringards. Or, un jour, ces derniers gagnent cent millions de yens à la loterie. La jeune fille commence alors à rêver d’une autre vie. Mais très vite, elle tombe de haut : grâce à cet argent, ses parents décident de reprendre leurs études pour réaliser un de leur rêve, devenir médecin. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, les voilà repartis dans leur campagne natale pour étudier, laissant leur fille en tutelle chez une de leurs connaissances… La mère de la famille Asagi – qui accueille Madoka – se révèle particulièrement froide et distante. Par dessus tout, elle refuse que Madoka vive dans la même maison qu’eux, et lui assigne une petite bicoque dans le jardin. Pour ne rien arranger, Tomoyo, le fils de la famille, encore collégien, va tomber amoureux de Madoka et lui rendre visite en secret…

C’est le début d’une nouvelle vie pour la jeune fille, qui entre lycée, amour et petits boulots va devoir trouver un nouvel équilibre (et c’est sans compter sur le comportement irrationnel de ses parents qui, malgré la distance, lui donneront bien des soucis…).

Mon avis

Quand Madoka apprend que ses parents ont gagné à la lotterie, comme n’importe qui elle se demande ce qu’elle pourrait bien faire de tant d’argent. Sa première idée : faire un tour en hélicoptère ! Mais ses parents ont d’autres projets : anciens voyous, ils n’ont pas fait d’études, mais regarder des séries médicales à la télévision leur ont donné envie de devenir médecin. C’est donc un projet de longue haleine qui s’annonce pour eux et ils doivent partir à Shizuoka, chez les grands-parents de Madoka pour étudier et se présenter aux concours d’une université. Mais Madoka refuse de quitter son lycée et ses amis. Ses parents connaissent un couple de personnes aisées qui l’hébergent contre un petit loyer dans une annexe au fond du jardin, là où, elle l’apprendra plus tard, Tomoyo leur fils cache sa collection de manga et de Dvd  pour que sa mère ne les jette pas.

Si Tomoyo est d’abord peu aimable et agressif, il finit par accepter Madoka. En premier lieu parce qu’elle lui permet d’utiliser confortablement l’annexe pour y lire comme il le souhaite, et enfin parce qu’ils se lient d’amitié. Jusqu’à tomber amoureux. Pourtant cette relation est loin d’être simple : Madoka est tombée sous le charme d’Ono, un garçon de sa classe, qu’elle trouve un peu trop jovial, mais qu’elle soupçonne d’avoir une liaison avec la mère de Tomoyo. Bien sûr tout cela serait trop simple : l’auteur décrit également l’amour oppressant et dévorant de la mère de Tomoyo envers lui. Ce manga est très intéressant par les thèmes qu’il aborde, même si cela semble parfois extravagant et exagéré. Mais bon, sans ça ce ne serait pas un manga. On trouve la même recette dans tous les shojo et shonen : des relations tarabiscotées voire tordues, des évènements improbables et des interrogations à n’en plus finir sur l’être, le paraître les sentiments et tout ce qu’on veut. J’en fait une généralité : tous ces critères ne sont pas à appliquer à Lollipop.

Ce manga a l’avantage d’être une série courte qui ne s’éparpille pas dans toutes les directions. L’auteur aborde plein de thèmes intéressants. L’héroïne est attachante et son histoire avec Tomoyo est poignante. De fait sa vie ne s’est pas simplifiée depuis que ses parents ont gagné à la loterie. On la voie murir d’un tome à l’autre, c’est particulièrement agréable. Les dessins sont très jolis. Il ne faut pas se laisser avoir par le côté acidulé des couvertures : Lollipop est assez loin du sentiment de joie et de béatitude que ces couleurs suggèrent. Pour conclure, je vous recommande vivement cette série !

Des films en quelques mots (2)

Le blabla introductif sur le pourquoi est . Quant au reste, le titre de l’article me semble suffisamment explicite.

Une arnaque presque parfaite, Rian Johnson

Affiche - une arnaque presque parfaiteLong métrage américain, sorti en 2008, avec Adrian Brody, Mark Ruffalo, Rachel Weisz…

Genre : Thriller, drame, romance

Synopsis

Deux frères sont spécialisés dans les arnaques de haut vol. Rien n’est impossible pour eux et les mises en scène sont toutes plus spectaculaires les unes que les autres. Lorsqu’ils s’attaquent à une riche héritière excentrique, ils ne se doutent pas qu’ils vont avoir à faire à une charmante manipulatrice qui cache bien son jeu.

Mon avis

Le film m’a laissé un sentiment mitigé et confus. L’aspect manipulation des personnages entre eux et des spectateurs par les auteurs du film tourne un peu en rond et, au bout d’un moment, ça devient mollasson. J’ai eu beaucoup de mal à accrocher et je ne suis pas très convaincue par cette histoire d’arnaque. Je n’ai peut-être rien compris du tout, mais ce que j’ai vu ne m’a pas incitée à y porter beaucoup d’attention.

Gangs of New York, Martin Scorsese

Affiche - Gangs Of New YorkLong métrage américain, sorti en 2003, avec Leonardo DiCaprio, Daniel Day-Lewis, Cameron Diaz…

Genre : Historique, drame, action

Synopsis

En 1846, le quartier de Five Points, un faubourg pauvre de New York, est le théâtre d’une guerre des gangs entre émigrants irlandais d’un côté, les Dead Rabbits menés par Père Vallon, et les Native Americans de l’autre, dirigés par le sanguinaire Bill le Boucher. Ce dernier met rapidement en déroute les Dead Rabbits en assassinant leur chef, et prend par la même occasion le contrôle exclusif des rues de la « grosse pomme ». Afin de renforcer ses pouvoirs, Bill s’allie avec Boss Tweed, un politicien influent. Seize ans plus tard, le gang des Native Americans règne toujours en maître dans New York. Devenu adulte, Amsterdam Vallon souhaite venger la mort de son père en éliminant Bill. Mais sa rencontre avec Jenny Everdeane, une énigmatique pickpocket dont l’indépendance et la beauté le fascinent, va compliquer les choses…

Mon avis

Ce film prend place dans un contexte historique intéressant : nous sommes en plein dans la Guerre de Sécession. On recrute les soldats dans les quartiers pauvres, ce qui provoque des émeutes, des lynchages et exacerbe le racisme envers les noirs et les immigrés. Je suis curieuse de savoir quelle est l’exactitude des faits historiques rapportés ici. Au delà de ça, j’ai globalement aimé : le propos, le jeu des acteurs, la réalisation… mais ce sont vraiment cette Histoire au delà de l’histoire de Amsterdam Vallon qui m’a intéressée.

Constantine, Francis Lawrence

Affiche - ConstantineLong métrage allemand, américain, sorti en 2005, avec Keanu Reeves, Rachel Weisz, Shia LaBeouf…

Genre : Action, fantastique, épouvante-horreur

Synopsis

John Constantine, extralucide anticonformiste, qui a littéralement fait un aller-retour aux enfers, doit aider Katelin Dodson, une femme policier incrédule, à lever le voile sur le suicide mystérieux de sa soeur jumelle. Cette enquête leur fera découvrir l’univers d’anges et de démons qui hantent les sous-sols de Los Angeles d’aujourd’hui.

Mon avis

Constantine se retrouve à démêler un complot ourdi par le fils du diable pour envahir le monde des hommes avec des hordes de démons. J’avoue que c’est le genre d’histoire qui me laisse froide et sceptique sur le principe et indifférente sur le reste. Le seul truc qui m’a vraiment plu c’est l’apparition de Satan incarné par Peter Stormare. Sinon, c’est peut-être un bon film, mais c’est difficile d’en juger puisque ce qu’il raconte ne m’a pas convaincue.

Infernal Affairs, Wai-keung Lau et Alan Mak

Affiche - Infernal AffairsLong métrage hong-kongais, sorti en 2004, avec Tony Leung Chiu Wai, Andy Lau, Anthony Wong Chau-Sang…

Genre : Policier, drame, thriller

Synopsis

Ming est une taupe dans la police de Hong Kong, implantée là par les bons soins du patron de la triade. Yan est un policier infiltré dans la triade depuis dix ans. Son casier judiciaire bien alourdi par les années est là pour témoigner de sa réussite. Parfaite symétrie des situations et des hommes : Ming et Yan sont également fatigués des rôles que leur font jouer, dans l’ombre, leurs patrons respectifs. Ming rêve de devenir un vrai policier. Yan est las de tuer au nom de la justice et voudrait pouvoir se retirer enfin.

Mon avis

J’en veux à Scorsese pour son spoil dans Les Infiltrés. Parce que Infernal Affairs c’est exactement la même intrigue au rebondissement près. Je m’en doutais et malgré tout, ça m’a perturbée. A part ça, Infernal Affairs est un très bon film. Je vais donc tâcher d’oublier Les Infiltrés pour me concentrer sur Infernal Affairs. Les deux acteurs principaux sont très bons. Ils incarnent deux personnages fatigués de leur double vie, s’interrogeant parfois à qui va leur loyauté. L’atmosphère est marquante : silence et lenteur n’introduisent pas moins de tension dans une intrigue millimétrée et nerveuse. C’est du grand thriller. A voir (avant Les Infiltrés !)

Austenland, Jerusha Hess

Long métrage britannique, produit en 2013, avec Keri Russel, J. J. Field, Jennifer Coolidge, Bret McKenzie…

Genre : Comédie, romance

Synopsis

Obsédée par la mini-série de la BBC « Orgueil et préjugés », une jeune femme se rend dans le parc d’attraction consacré à Jane Austen afin de trouver l’homme idéal.

Mon avis

Jane Hayes, une jeune femme fan de l’univers d’Orgueil et préjugés, se paie un séjour à Austenland pour une plongée au coeur de l’époque de l’écrivain, avec tenues et courtoisie d’époque, et même des acteurs payés pour faire vivre aux visiteuses une belle romance. Ce film est drôle et plaisant. Ça ne défrise pas, mais on passe un bon moment.

Le dernier samouraï, Edward Zwick

Affiche - le dernier samouraïLong métrage américain, sorti en 2003, avec Tom Cruise, Ken Watanabe, Timothy Spall…

Genre : Historique, guerre

Synopsis

En 1876, le capitaine Nathan Algren vit avec les souvenirs des batailles sanglantes menées contre les Sioux. Fort de son expérience au combat, il devient conseiller militaire pour le compte de l’empereur japonais soucieux d’ouvrir son pays aux traditions et au commerce occidentaux et d’éradiquer l’ancienne caste guerrière des samouraïs. Mais ceux-ci influent sur le capitaine Algren, qui se trouve bientôt pris entre deux feux, au coeur d’une confrontation entre deux époques et deux mondes avec, pour le guider, son sens de l’honneur.

Mon avis

Alors qu’il est au Japon pour entraîner les armées de l’empereur et combattre la rébellion de seigneurs samouraï, Algren est capturé par ces derniers lors d’une bataille. Soigné, nourri, il est accueilli par Kastumoto qui souhaite apprendre à connaître son ennemi. Algren se met à fréquenter les samouraïs. Initié à la voix du sabre, il appréhende peu à peu leurs valeurs et leur sens de l’honneur. Il est alors pris entre les traditions de cette caste de guerriers et la modernité qu’impose le monde occidental. Le tout n’est pas très subtile : c’est la marche dévastatrice du progrès pour créer un monde moderne contre les traditions millénaires, celles des Indiens d’Amérique comme celles des samouraïs. Ca reste un bon film. J’ai beaucoup aimé découvrir le Japon féodal et ses valeurs à travers les yeux de Nathan qui retrouve grâce à cette façon de vivre et à cette philosophie une paix intérieure depuis longtemps perdue. Tom Cruise a un rôle parfait pour lui et Ken Watanabe est plus que convaincant dans son rôle de chef de guerre charismatique. Le dernier samouraï est une fresque épique, puissante, servie par de beaux décors et une musique époustouflante.

Des films en quelques mots

[le blabla introductif pour expliquer le pourquoi de cet article] Cela fait un moment que je me dis que je ne parle pas assez de films ou de cinéma. J’en vois beaucoup, mais parfois je n’ai pas suffisamment de choses à dire pour en faire un article. Il faut aussi souligner que je m’y connais moins en cinéma et que je n’ai souvent pas le réflexe de m’interroger en terme de mise en scène, de cadrage, de plans ou autre terme barbare du genre, lors du visionnement ; j’ai donc du mal à argumenter mon avis sur les films que je vois. Et comme il serait dommage de ne pas en parler du tout, je me suis dit que ça pouvais être intéressant de parler de plusieurs films en même temps, ne serait-ce que quelques mots. [fin du blabla]

Source Code – Duncan Jones

Affiche - Source codeLong métrage américain, sorti en 2011, avec Jake Gyllenhaal, Michelle Monaghan, Vera Farmiga, Jeffrey Wright…

Genre : Science fiction ; thriller

Synopsis

Colter Stevens se réveille en sursaut dans un train à destination de Chicago. Amnésique, il n’a aucun souvenir d’être monté dedans. Pire encore, les passagers du train se comportent avec lui avec familiarité alors qu’il ne les a jamais vus. Désorienté, il cherche à comprendre ce qui se passe mais une bombe explose tuant tout le monde à bord. Colter se réveille alors dans un caisson étrange et découvre qu’il participe à un procédé expérimental permettant de se projeter dans le corps d’une personne et de revivre les 8 dernières minutes de sa vie. Sa mission : revivre sans cesse les quelques minutes précédant l’explosion afin d’identifier et d’arrêter les auteurs de l’attentat. A chaque échec, les chances de pouvoir revenir dans le passé s’amenuisent. Alors qu’il essaie d’empêcher l’explosion, ses supérieurs lui apprennent qu’un deuxième attentat est en préparation en plein cœur de Chicago et qu’il ne s’agit plus de protéger les quelques passagers du train mais la ville toute entière. La course contre la montre commence…

Mon avis

Le Source code serait une sorte de programme informatique permettant de vivre mentalement quelques minutes de la vie d’une autre personne. On peut y agir, mais ces actions n’auront aucun effet sur la vie réelle, puisque toute l’expérience est virtuelle. Le principe est intéressant, et il est saisissant de revoir les quelques minutes se dérouler avec souvent les mêmes gestes, les mêmes dialogues, en se disant que ça va forcément finir de la même manière, tragique et inexorable. On a un peu l’impression de voir un remake d’Un jour sans fin, sur le procédé narratif. Cependant, les deux films n’ont rien à voir entre eux, Source Code prenant rapidement l’aspect d’une infernale course contre la montre. J’aime bien, mais je ne suis pas très convaincue par la fin.

Les émotifs anonymes – Jean-Pierre Améris

Affiche - Les émotifs anonymesLong métrage français, sorti en 2010, avec Isabelle Carré, Benoît Poelvoorde, Lorella Cravotta…

Genre : Comédie, romance.

Synopsis

Jean-René, patron d’une fabrique de chocolat, et Angélique, chocolatière de talent, sont deux grands émotifs. C’est leur passion commune pour le chocolat qui les rapproche. Ils tombent amoureux l’un de l’autre sans oser se l’avouer. Hélas, leur timidité maladive tend à les éloigner. Mais ils surmonteront leur manque de confiance en eux, au risque de dévoiler leurs sentiments.

Mon avis

Cette histoire est charmante et drôle. On s’attache vite aux deux grands timides qui se laissent trop contrôler par leurs émotions et préfèrent prendre leurs jambes à leur cou plutôt que de montrer leur joie. L’ambiance chocolatée et gourmande fait saliver.

Pour une poignée de dollars – Sergio Leone

Affiche - Pour une poignée de dollarsLong métrage italien, sorti en 1964, avec Clint Eastwood, Marianne Koch, Wolfgang Lukschy, Sieghardt Rupp…

Genre : Western

Synopsis

Deux bandes rivales, les Baxter, trafiquants d’armes, et les Rojo, qui font de la contrebande d’alcool, se disputent la suprématie et la domination de la ville de San Miguel, au sud de la frontière américano-mexicaine. Un étranger, vêtu d’un poncho, arrive à dos de mulet dans cette petite ville et s’immisce entre les deux bandes. Proposant d’abord ses services aux Rojo, l’étranger va très vite tirer profit des deux camps à la fois, à la grande joie du fabricant de cercueils Piripero.

Mon avis

Je résiste rarement à l’appel du bon vieux western. On n’est pas vraiment dans l’ampleur d’un Il était une fois dans l’Ouest ou d’un Le bon, la brute et le truand, mais c’est quand même sympathique de voir Clint Eastwood, sa grimace de dur et son poncho

A bord du Darjeeling Limited, Wes Anderson

Affiche - Darjeeling LimitedLong métrage américain, sorti en 2007, avec Owen Wilson, Adrien Brody, Jason Schwartzman…

Genre : Comédie, drame

Synopsis

Trois frères qui ne se sont pas parlé depuis la mort de leur père décident de faire ensemble un grand voyage en train à travers l’Inde afin de renouer les liens d’autrefois. Pourtant, la « quête spirituelle » de Francis, Peter et Jack va vite dérailler, et ils se retrouvent seuls, perdus au milieu du désert avec onze valises, une imprimante, une machine à plastifier et beaucoup de comptes à régler avec la vie… Dans ce pays magique dont ils ignorent tout, c’est alors un autre voyage qui commence, riche en imprévus, une odyssée qu’aucun d’eux ne pouvait imaginer, une véritable aventure d’amitié et de fraternité…

Mon avis

Film sympa et drôle sur un trio fraternel qui a une tendance à l’autodestruction et à l’éparpillement spirituel. Il sont touchants et un vent de bon augure souffle sur leur aventure. J’ai beaucoup apprécié cette recherche spirituelle. Il y a bien ce côté rocambolesque et saugrenu des films de Wes Anderson qui rend le film singulier et rafraîchissant.

Pacific Rim, Guillermo Del Toro

Affiche - Pacific RimLong métrage américain, sorti en 2013, avec Charlie Hunnam, Idris Elba, Rinko Kikuchi…

Genre : Action, science fiction

Synopsis

Surgies des flots, des hordes de créatures monstrueuses venues d’ailleurs, les «Kaiju», ont déclenché une guerre qui a fait des millions de victimes et épuisé les ressources naturelles de l’humanité pendant des années. Pour les combattre, une arme d’un genre nouveau a été mise au point : de gigantesques robots, les «Jaegers», contrôlés simultanément par deux pilotes qui communiquent par télépathie grâce à une passerelle neuronale baptisée le «courant». Mais même les Jaegers semblent impuissants face aux redoutables Kaiju. Alors que la défaite paraît inéluctable, les forces armées qui protègent l’humanité n’ont d’autre choix que d’avoir recours à deux héros hors normes : un ancien pilote au bout du rouleau (Charlie Hunnam) et une jeune femme en cours d’entraînement (Rinko Kikuchi) qui font équipe pour manoeuvrer un Jaeger d’apparence obsolète. Ensemble, ils incarnent désormais le dernier rempart de l’humanité contre une apocalypse de plus en plus imminente…

Mon avis

J’avais beaucoup hésité à aller voir ce film quand il est sorti au cinéma. Finalement je n’y suis pas allée, me disant que ça suffirait bien d’emprunter un dvd quelque part. Eh bien pour une fois, j’aurais dû !

Pacific Rim est typiquement le genre de film pour lequel j’ai du mal à argumenter un quelconque avis. Mon sentiment à son visionnement n’est pas objectivement définissable, je ne saurais dire si c’était bon ou pas et je m’en moque un peu. Parce que c’était un ÉNORME kiff. Au moment du générique j’étais excitée comme une puce et étais à deux doigts d’applaudir à tout rompre comme devant un bon spectacle. C’est simple : Pacific Rim c’est un divertissement de folie avec des images grandioses, faites pour impressionner, dans la démesure poussée à l’extrême et avec un certain humour (parce qu’on a rarement l’idée de faire dégommer un dinosaure avec un pétrolier si on n’a pas un minimum le sens de l’humour). Voilà le verdict : un divertissement qui m’enthousiasme totalement et qui vaut le coup d’être vu sur grand écran. Pour le spectacle.

Switch Girl !! – Natsumi Aida

Couverture - Switch Girl 1

Natsumi AIDA

Switch Girl !!

Editions Delcourt, 2009

22 volumes (série en cours de publication)

Collection Sakura

.

Présentation de l’éditeur

Nika mène une double vie, entre son mode “ON” charismatique et populaire et son mode “OFF” vulgaire et débraillé qu’elle cache à ses copains du lycée. Malheureusement, Arata, un nouvel élève plein de mystères, a découvert son secret ! Mais Arata aussi a des choses à cacher, dont le fait qu’il est très mignon sous ses lunettes. Arata et Nika concluent donc un pacte…

Mon avis

Cette série de manga est très drôle. Ce n’est pas le genre d’histoire qui s’emmêle les pinceaux dans des sentiments et des intrigues interminables et tarabiscotées. On a plutôt des épisodes, avec des personnages récurrents  qui vivent des aventures rocambolesques, qui durent environ un tome avec pour ligne directrice la relation de Nika et d’Arata. Le tout a un aspect très léger, parfois caricatural et cliché, et le « mode off » est hilarant. C’est dur d’entrer plus dans l’histoire sans spoiler les premiers tomes. Je dirais simplement que le premier m’avait laissé une impression moyenne, mais il ne faut pas s’arrêter là ! Switch Girl regorge de trouvailles hilarantes et l’auteur s’amuse beaucoup à s’étendre sur des sujets de l’intime et du quotidien pour tester l’étoffe de Switch Girl de ses lectrices.

L’écume des jours – Boris Vian

Couverture - L'écume des jours

Boris VIAN

L’écume des jours

Éditions Le Livre de Poche, 2008

350 pages

.

Présentation de l’éditeur

L’Ecume des jours : ce titre léger et lumineux annonce une histoire d’amour drôle ou grinçante et inoubliable, composée par un écrivain de vingt-six ans. C’est un conte de l’époque du jazz et de la science-fiction, à la fois comique et poignant, heureux et tragique, merveilleux et fantastique, féerique et déchirant. Dans cette oeuvre d’une modernité insolente, l’une des plus célèbres du Xxe siècle et livre-culte depuis plus de trente ans, Duke Ellington croise le dessin animé, Sartre devient une marionnette burlesque, le cauchemar va jusqu’au bout du désespoir. Mais seules deux choses demeurent éternelles et triomphantes : le bonheur ineffable de l’amour absolu et la musique des noirs américains…

Mon avis

Colin est un homme aisé, qui n’a pas besoin de travailler. Il est l’ami de Chick, un ingénieur qui adore Jean-Sol Partre au point de collectionner les différentes éditions de ses ouvrages, et de Nicolas, son génial cuisinier. Mais Chick a rencontré une jeune femme, Alyse la nièce de Nicolas, et Colin est jaloux de lui : lui aussi veut rencontrer quelqu’un et tomber amoureux. C’est lors d’une fête organisée par Isis, l’amie d’Alyse et de Nicolas, qu’il va rencontrer Chloé.

On nous raconte donc la rencontre de Colin et Chloé, puis leur mariage, leur voyage de noce, et quand Chloé va tomber malade, à cause d’un nénuphar qui croit dans son poumon, tout ce que Colin va faire pour essayer de la sauver, dans un univers absurde, qu’il est parfois difficile d’appréhender.

La langage de Boris Vian est riche d’inventions, de jeux de mots et d’imagination. On a d’abord l’impression d’être dans un monde idyllique, un peu bizarre certes, puis ça devient sombre à un point que ça en est violent. Il y a des tas de détails qui sont à la fois amusants et troublants : il y a des souris dans la maison, la maladie qu’on ne peut soigner qu’avec des quantités de fleurs pour effrayer le nénuphar et l’empêcher de pousser. Il y a aussi l’appartement qui rétrécit alors que la maladie s’aggrave et que Colin connait des problèmes d’argent, et qui devient une sorte de marécage ; la fin de Chick qui est descendu par des agents d’armes parce qu’il n’a pas payé ses impôts et Alyse qui va incendier des librairies pour empêcher Chick d’acheter quoi que ce soit de Partre et de se ruiner.

L’écume des jours en dit beaucoup sur une certaine vision que l’auteur a sur le travail, sur l’amour, la maladie, la religion, la musique également, avec la présence de cet extraordinaire pianocktail, un piano qui crée des cocktails selon les mélodies jouées. Il y aurait beaucoup à dire, mais je n’ai pas pris le temps de tout relever ou même de m’interroger en profondeur sur certains points du roman, par manque de temps et aussi parce qu’il y a certainement des références que je n’ai pas comprises.

J’ai plutôt aimé L’écume des jours, malgré le fait que ce soit déroutant. Je n’ai pas eu de difficultés à le lire et les jeux de langages m’ont plutôt amusée. Je n’ai pas adoré, mais je n’ai pas détesté – je ne sais pas comment le dire autrement. En fait, le monde dans lequel ça se passe a suscité mon intérêt tout comme l’histoire ou les personnages de manière générale, mais je n’ai pas vraiment réussi à m’investir émotionnellement dans cette histoire, je suis restée un peu froide à tout ce qui s’y passe et c’est ce qui fait que ça reste dans les bonnes appréciations, mais pas plus.

Je pense aussi manquer de connaissances pour tout ce qui concerne la musique et le jazz qui sont très présents dans le roman. J’avoue mon ignorance totale en la matière et peut-être que si ça n’avait pas été le cas, j’aurais encore plus apprécié.

XXe siècle