Et puis, Paulette… – Barbara Constantine

Couverture - Et puis, Paulette...

Barbara CONSTANTINE

Et puis, Paulette…

Editions Le Livre de Poche, 2013.

288 pages

.

Présentation de l’éditeur

Ferdinand vit seul dans sa grande ferme vide. Et ça ne le rend pas franchement joyeux. Un jour, après un violent orage, il passe chez sa voisine avec ses petits-fils et découvre que son toit est sur le point de s’effondrer. À l’évidence, elle n’a nulle part où aller. Très naturellement, les Lulus (6 et 8 ans) lui suggèrent de l’inviter à la ferme. L’idée le fait sourire. Mais ce n’est pas si simple, certaines choses se font, d’autres pas… Après une longue nuit de réflexion, il finit tout de même par aller la chercher. De fil en aiguille, la ferme va se remplir, s’agiter, recommencer à fonctionner. Un ami d’enfance devenu veuf, deux très vieilles dames affolées, des étudiants un peu paumés, un amour naissant, des animaux. Et puis, Paulette…

Mon avis

Et puis, Paulette… est le premier roman de Barbara Constantine que je lis. Ce n’était peut-être pas le choix le plus judicieux, mais, il n’empêche que j’ai savouré cette histoire.

L’auteur raconte ici une histoire de générosité, de solidarité, et d’entraide, tout en développant l’amour entre les générations. C’est léger, doux, aérien, malgré les drames de la vie qui y sont racontés, ces petits malheurs banals, certes, mais dont il faut quand même se relever. Et puis il y a la vie qui s’améliore parce qu’on tend la main à quelqu’un, tout simplement. Les personnages sont décrits de manière très humaine, avec leurs qualités et leurs défauts et il est difficile de ne pas s’y attacher ou même de les quitter sans un petit pincement au coeur. Le style indirect libre, beaucoup utilisé, rend le roman facile à lire, dynamique, vivant, vaguement impersonnel (on ne sait plus vraiment qui s’exprime : un personnage ou la voix de tout le monde ?), mais le lecteur est inclus d’une certaine manière dans l’histoire, comme pris à partie par les personnages et l’auteur.

Et puis, Paulette… est touchant, offre beaucoup d’émotions, de la joie, comme de la tristesse, mais c’est un peu plus léger qu’on le referme, comme réconforté par cette belle histoire d’humanité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s