Le Lagon noir – Arnaldur Indriðason

 

 

 

 

Arnaldur Indriðason
Le Lagon noir (traduit par Eric Boury)
Editions Métaillé, 2016
320 pages
Collection Noir

Présentation de l’éditeur

Reykjavik, 1979. Le corps d‘un homme est repêché dans ce qui va devenir le lagon bleu. Il s’agit d’un ingénieur employé à la base américaine de l’aéroport de Keflavik. Dans l’atmosphère de la guerre froide, l’attention de la police s’oriente vers de mystérieux vols effectués entre le Groenland et l’Islande. Les autorités américaines ne sont pas prêtes à coopérer et font même tout ce qui est en leur pouvoir pour empêcher la police islandaise de faire son travail. Dans un climat de tension, conscients des risques qu’ils prennent, Erlendur et Marion Briem poursuivent leur enquête avec l’aide d’une jeune femme noire, officier de la base.

Le jeune inspecteur Erlendur vient d’entrer à la brigade d’enquêtes criminelles, il est curieux, passionné par son métier, soucieux des autres, mais il ne cache pas son opposition à la présence américaine sur le sol islandais.

En parallèle, il travaille sur une vieille affaire non résolue. Une jeune fille disparue sur le chemin de l’école quarante ans plus tôt, à l’époque où la modernité arrivait clandestinement dans l’île, portée par les disques de rock et les jeans venus de la base américaine.

Indridason construit un univers particulier, une atmosphère pénétrante et sans nostalgie, un personnage littéraire de plus en plus complexe, et  le roman noir, efficace, est transformé par la littérature.


Je connaissais cet auteur de nom, mais c’est le premier roman que je tentais de lui. Sa série met en scène Erlendur, un policier islandais. Ici, nous le découvrons dans l’une de ses premières enquêtes, autrement dit, des années avant les autres romans de la série. Il est donc plus jeune et (d’après ce que j’ai compris) moins désabusé.

Ici il est pris dans deux enquêtes, l’une sur la mort d’un ingénieur qui travaillait dans une base de l’aviation américaine – qui révèle les contacts difficiles entre les Islandais et les américains qui ont occupé le territoire pendant la guerre. L’autre est la brusque disparition d’une jeune fille alors qu’elle se rendait à l’école, des années plus tôt.

Deux enquêtes qui se croisent, se complètent, et pourtant… que c’était long ! Le roman est relativement court, mais il manquait franchement de dynamisme. Je comprends l’intérêt des romans policier qui prennent leur temps (ambiance, personnages, tout ça), et souvent c’est quelque chose que j’apprécie beaucoup. Mais là rien à faire : je me suis ennuyée.

J’ai appris des choses cependant : découvrir l’Islande de la fin des années 1970 m’a paru intéressant et enrichissant. J’ignorais par exemple que les américains avaient occupé l’île. Il y a aussi l’histoire du Camp Knox, ces baraquements abandonnés par l’armée américaine, et devenus un quartier pauvre, à la réputation mal famée. On sent l’ancrage historique et social, et c’est le genre de chose qui me plaît beaucoup. En tout cas, quand je ne ressens pas cet effet de longueur et de lenteur dans l’intrigue, et que j’en fini par bailler (de frustration ?).

Rendez-vous manqué, donc. Une prochaine fois, peut-être ?

8470b-abc2016

Le Camp des morts – Craig Johnson

 

 

 

Craig JOHNSON
Le Camp des morts (traduit par  Sophie Aslanides)
Editions Gallmeister, 2012
375 pages
Collection Totem

Présentation de l’éditeur

Lorsque le corps de Mari Baroja est découvert à la maison de retraite de Durant, le shérif Longmire se trouve embarqué dans une enquête qui le ramène cinquante ans en arrière. Il se plonge alors dans le passé mystérieux de cette femme et dans celui de son mentor, le légendaire shérif Connally. Tandis que résonne l’histoire douloureuse de la victime, d’autres meurtres viennent jalonner l’enquête. Aidé par son ami de toujours, l’Indien Henri Standing Bear, le shérif mélancolique et désabusé se lance à la poursuite de l’assassin à travers les Hautes Plaines enneigées.

Le deuxième volet des aventures de Walt Logmire nous entraîne au coeur d’une violence tapie dans les paysages magnifiques du Wyoming.


Le shérif Walt Longmire est toujours secoué par ce qu’il a vécu dans sa dernière enquête (voir Little Bird)  quand un nouvel évènement vient ébranler Durant. L’ancien shérif, le mentor de Longmire, crée un mouvement de panique à la maison de retraite quand il exige l’ouverture d’une enquête et une autopsie sur le corps de Mari Baroja. La vieille femme semble avoir succombé à une mort naturelle, mais Lucian est persuadé du contraire. Walt Longmire décide alors de faire confiance à l’ancien shérif et plonge dans le passé de la victime. L’enquête se complexifie alors même que la neige tombe sans arrêt et que le blizzard menace.

Après la découverte de Little Bird, je me suis replongée avec grand plaisir dans une enquête du shérif Walt Longmire, et l’ai lu en une petite journée seulement lors du dernier Weekend à 1000. On a de tout dans cette enquête : une vieille histoire d’amour, un mariage abusif, un héritage, une longue poursuite dans la neige, et bien sûr une accumulation de meurtres qui confirme la suspicion de l’ancien shérif quant à la mort de Mari Baroja. L’intrigue est finalement assez complexe et plonge ses racines dans l’histoire locale, dans laquelle Longmire va devoir fouiller, bon gré mal gré.

A cela s’ajoute la vie personnelle du shérif. Il est plutôt désabusé de nature, mais sa dernière aventure l’a rendu d’autant plus amer. Heureusement, il est bien entouré, entre Vic, son adjointe, son ami Henry ou encore sa fille. Il a aussi récupéré un chien qui le suit partout comme son ombre. Il ne manque pas d’humour, est un brin cynique, mais cela ne l’empêche pas d’avoir beaucoup d’affection pour son petit monde. Vous l’aurez compris : j’aime beaucoup ce personnage en apparence bourru, mais qui possède un bon sens de l’autodérision et une finesse certaine quand il s’agit de gérer ses contemporains.

Dans cette atmosphère de neige à la violence feutrée qui éclate comme des gouttes de sang sur le blanc immaculé (je me sens poète aujourd’hui), je n’ai pas vu le temps passer, et je n’ai qu’une hâte : retrouver le shérif dans un autre roman de Craig Johnson. Une très bonne lecture !

8470b-abc2016

Le Fleuve des brumes – Valerio Varesi

 

 

 

Valerio VARESI
Le Fleuve des brumes (traduit par Sarah Amrani)
Editions Agullo, 2016
315 pages
1ère édition (VO) : 2003

Présentation de l’éditeur

Dans une vallée brumeuse du nord de l’Italie, la pluie tombe sans relâche et le Pô menace de sortir de son lit. Libérée de ses amarres, une barge dérive dans la nuit avant de disparaître dans le brouillard. Quand elle s’échoue à l’aube, son pilote est introuvable. Quelques heures plus tard, le frère du batelier est défenestré. Suicide ? Lorsque le commissaire Soneri découvre que les deux frères ont servi dans la milice fasciste cinquante ans plus tôt, il pressent qu’il y a un lien entre leur passé trouble et leur mort violente.

Un polar impressionniste où la vérité se heurte au silence de ceux qui vivent sur le fleuve et n’ont pas digéré les vieilles rancœurs…


Une nuit, au bord du Pô. Le club des bateliers local est en alerte : il pleut sans arrêt depuis plusieurs jours et le Pô menace de passer au dessus des digues et d’inonder les villages qui le bordent. Soudain, la barge amarrée devant les baraques du port s’éloigne du quai et se met à dériver sur le fleuve. Ils ne sont d’abord pas inquiets : Tonna, son propriétaire, est un vétéran de la navigation. Mais il se rendent compte rapidement qu’il n’y a aucune lumière sur à bord de la barge ; elle semble d’ailleurs déserte. Quand elle s’échoue, le pilote est introuvable.

A Parme, le commissaire Soneri est envoyé sur le lieu d’une mort par défenestration. Tout à l’apparence du suicide, sauf de minces indices qui l’amènent à penser que la victime, un vieil homme, a probablement été tué. Quand il découvre que le mort est le frère du pilote disparu de la barge, il se précipite sur les bords du Pô pour mener l’enquête.

Soneri est le genre d’enquêteur qui avance en errant et en se perdant. Il va, il vient, il fait une rencontre, discute, part, revient, insiste… larguant dans son sillage son adjoint balloté entre la suite logique de l’enquête, et les demandes en apparence farfelues de son chef. Soneri est souvent en conflit avec ses supérieurs, procureurs et juges d’instruction, dans une sorte de bataille d’ego qui semble n’avoir pour seul but que d’entraver l’enquête. Avec cette affaire, Soneri plonge en plein brouillard. Entre le mutisme et l’hostilité de ceux qui ont connaissaient le disparu, le passé de chemises noires, les altercations entre fascistes et résistants communistes durant la guerre, une histoire de trafic sur le fleuve, il y a de quoi s’embourber. Mais le jour va bien évidemment finir par se lever, le brouillard avec, et les eaux du fleuve se retirer.

Ce n’est pas le genre de roman policier à l’action effrénée, où les rebondissements s’enchaînent. Au contraire, le rythme est plutôt lent, et plus que l’action, c’est l’ambiance qui compte : la pluie, la brume, l’inondation, et les vieilles rancoeurs toujours bien ancrées. La gastronomie y tient une place importante : ça mange et ça boit beaucoup dans ce roman. C’est tout à fait le genre de roman que j’aime bien, d’ordinaire. En effet, je suis restée en dehors de cette histoire. L’idée de l’ancrage historique de l’enquête m’avait bien plu, de même que l’image d’un fleuve en cru, couvert de brume.

Pourtant, je n’ai pas accroché au personnage du commissaire. Je suis restée sur l’impression qu’on ne nous avait pas présenté le personnage, comme s’il y avait eu un premier tome qui l’introduisait à côté duquel je serais passée à côté. Ça a surtout été l’impression que j’ai eu concernant la compagne du commissaire, qui débarquait de nulle part sans que je sache qui elle était ou comprenne quel était son lien avec lui. J’ai eu un peu la même réaction que si un inconnu m’avait claqué deux bises alors qu’on ne s’était jamais vus avant et qu’on avait pas été présentés : un haussement de sourcil stupéfait et hostile (oui, le haussement de sourcil est chez moi très significatif).

Si j’ai lu ce roman assez vite, mon sentiment demeure mitigé : j’ai été séduite par cette ambiance et la découverte de cette région, mais suis restée peu investie, auprès des personnages et au sein de l’enquête. L’écriture ne m’a pas non plus marquée. Je suis sur ma faim, persuadée d’être passée à côté de plein de choses, sans pour autant avoir l’envie d’y revenir un jour. J’ai donc quelques regrets et vous conseille d’aller consulter d’autres avis que le mien pour en savoir plus sur ce roman.

8470b-abc2016

 

La Tristesse du Samouraï – Víctor del Árbol

Víctor del ÁRBOL
La Tristesse du Samouraï (traduit par Claude Beton)
Editions Actes Sud, 2012
349 pages
Collection Actes noirs

Présentation de l’éditeur

Mise élégante et port altier, une femme arpente les quais de la gare de Mérida au petit matin. Des passagers apeurés n’osent croire que la guerre est finie, mais Isabel fait partie de la caste des vainqueurs et n’a rien à redouter des phalangistes arrogants qui battent le pavé en ce rude hiver 1941. Elle presse la main de son plus jeune fils et écrit à l’aîné, qu’elle s’apprête à abandonner, les raisons de sa fuite.

Le train pour Lisbonne partira sans elle. L’enfant rentre seul chez son père, obnubilé par le sabre qu’un homme vient de lui promettre. Il n’est encore qu’un petit garçon vulnérable, très attaché à sa mère. Et Isabel disparaît pour toujours.

Des années plus tard, une avocate envoie sous les verrous un inspecteur jugé coupable d’une bavure policière. Evidences et preuves s’amoncellent : la joute est trop aisée et la victoire trop belle. María vient d’ouvrir une effroyable boîte de Pandore, libérant quatre décennies de fureur, de vengeance et de haine dont elle ignore et qui pourtant coule dans ses veines.

De l’après-guerre espagnol à la tentative de de coup d’Etat de février 1981, la saga familiale abonde en complots, enlèvements et trahisons qui marquent trois générations au fer rouge. Un instituteur de village s’est épris d’une femme trop grande pour ses rêves. Faute originelle qui a transformé les enfants en psychopathes, les victimes en bourreaux, le code d’honneur des samouraïs en pitoyable massacre.

Se jouant à merveille d’un contexte historique opaque, La Tristesse du samouraï  est un intense thriller psychologique qui mène les personnages aux limites de leurs forces pour briser la transmission héréditaire d’un péché mortel.


Malgré son titre, ce roman n’a que peu de rapports avec le Japon. Il fait référence au nom d’un sabre japonais offert à un enfant fasciné par les samouraïs et leur code d’honneur. Nous sommes en Espagne. Un crime commis en 1941, à la fin de la Guerre civile, aura des répercussions encore 40 ans plus tard, jusqu’en 1981. L’auteur nous révèle au fur et à mesure du récit les tenants et aboutissants de ce crime, en nous menant tantôt dans les années 1940, tantôt quarante ans plus tard. Tout commence en 1975 avec María, une avocate qui envoie en prison un policier qui a commis une bavure. Elle ne réalise pas que cet évènement qui lance sa carrière est aussi le point de départ d’une effroyable vengeance.

C’est dur de parler de ce roman, en plus de ce que la 4e de couverture révèle, parce qu’il y a tellement de personnages à suivre, qui font des actions différentes et qui ont leurs motivations propres, que cela deviendrait très fouillis, un peu comme le rendu de ce roman.

En effet l’auteur fait des allers-retours entre les années 1940 et 1980, pour construire petit à petit son intrigue, alternant les évènements concernant le « péché originel » et ces conséquences 40 ans plus tard. En soi, ce n’est pas un mauvais procédé, mais cela m’a semblé très brouillon. C’est comme une façon trop poussée de cultiver le mystère – qui tombe d’ailleurs à plat, parce que l’effet de suspens ou de mystère n’est pas vraiment retransmis au lecteur – qui du fait annihilerait tout le sens des évènements.

Il y a une pléthore de personnages, souvent ripoux, sadiques ou malades – joie – dont on suit les points de vue – avec des effets de « flash forward » sur ce qui va se passer pour tenter d’alimenter le suspens, nous faisant craindre le pire pour les personnages principaux. Mais en fait, ces personnages – Maria notamment – se font balader du début à la fin, ils n’ont aucune initiative ou alors sont froids. Aucun ne nous semblent sympathiques, à part la véritable victime de l’histoire.

Je suis donc très mitigée à propos de cette histoire. J’aurais aimé que le contexte dans lequel se déroule l’intrigue sauve le tout. On est en effet en Espagne à la toute fin de la Guerre civile, et 40 ans plus  dans les années qui suivent la mort de Franco, alors que l’Espagne tente de surmonter cet épisode. Mais tout est tellement resserré autour des personnages que finalement, à part constater ce dont on se doutait déjà – corruption, assassinats, procès truqués, etc. – il reste peu de place pour développer une ambiance plus générale.

Voilà pour ce roman, j’ai tenté ici de mettre le doigt sur tout ce qui m’a gêné dans cette lecture. Je ne suis pas très emballée, mais je n’ai pas non plus détesté. Je pense simplement que je l’oublierai très vite. Cependant, si l’Espagne post-Guerre civile ou post-Franco vous intéresse et si les machinations et les histoires de vengeance vous plaisent, n’hésitez pas à bous faire votre propre avis.

8470b-abc2016

Temps glaciaires – Fred Vargas

Fred VARGAS
Temps glaciaires
Editions Flammarion, 2015
489 pages

Présentation de l’éditeur

Adamsberg attrapa son téléphone, écarta une pile de dossiers et posa les pieds sur sa table, s’inclinant dans son fauteuil. Il avait à peine fermé l’oeil cette nuit, une de ses soeurs ayant contracté une pneumonie, dieu sait comment.

– La femme du 33 bis ? demanda-t-il. Veines ouvertes dans la baignoire ? Pourquoi tu  m’emmerdes avec ça à 9 heures du matin, Bourlin ? D’après les rapports internes, il s’agit d’un suicide avéré. Tu as des doutes ?

Adamsberg aimait bien le commissaire Bourlin. Grand mangeur grand fumeur grand buveur, en éruption perpétuelle, vivant à plein régime en rasant les gouffres, dur comme pierre et bouclé comme un jeune agneau, c’était un résistant à respecter, qui serait encore à son poste à cent ans.

– Le juge Vermillon, le nouveau magistrat zélé, est sur moi comme une tique, dit Bourlin. Tu sais ce que ça fait, les tiques ?


Adamsberg est sollicité par le commissaire Bourlin à propos d’un suicide qui lui semble suspect à cause d’un signe étrange dessiné sur les lieux du crime. Un témoignage opportun les amène à un autre suicide suspect, à une étrange affaire qui s’est déroulée en Islande dix ans plus tôt, et à un club reconstituant les assemblées révolutionnaires de la Terreur.

Je connais bien l’œuvre de Fred Vargas, aussi me plonger dans son dernier c’est comme retrouver un environnement familier : on connaît les personnages, et on se régale de leurs manies. En effet, le commissaire Adamsberg est un fascinant personnage. Du genre brouillon, rêveur, avec une intuition redoutable quand il s’agit de mettre le doigt sur le détail qui résoudra tout. Son équipe est aussi des plus particulières, entre Danglard, le puits de science, Retancourt, la force de la nature, et les autres, parmi lesquels un hypersomniaque et un gros chat. On trouve aussi dans cet épisode un sanglier apprivoisé – détail crucial !

Tout ça nous mène et nous égard dans une enquête qui a ses longueurs mais qui se révèle surprenante. C’est toujours un bonheur que de retrouver ces personnages dans un nouveau roman. J’aime toujours autant, aussi n’hésitez pas à lire ces romans ou à les découvrir !

a80c8-coldwinterchallenge4_medium

No Angel – Jay Dobyns

Jay DOBYNS et Nils JOHNSON-SHELTON
No Angel. Mon voyage épuisant d’agent infiltré au sein des Hells Angels
(traduit par Daniel Lemoine)
Editions 13e Note, 2010
511 pages

Présentation de l’éditeur

Une histoire vraie, un flic infiltré chez les Hells Angels.

« – Deux ou trois choses. Premièrement : si tu veux abattre quelqu’un, tire dans la tête. Deuxièmement : si tu pointes un fusil sur moi, t’as intérêt à avoir l’intention de t’en servir. Et, troisièmement : je t’emmerde, tire tout de suite, sinon je te tabasse avec ton flingue puis je t’encule sur le capot de ma voiture. »


No Angels raconte comment Jay « Bird » Dobyns, flic au Bureau « Tabacco, Alcool and Firearms », a pris part à une opération d’infiltration des Hells Angels, ce groupe de motards marginaux et violents. Ce n’est pas son premier travail d’infiltration. Il s’est déjà construit un personnage, et sous le pseudonyme de Bird, il vend et achète des armes, a un passé de toxicomane et a intégré un club de motards, les « Solos Angeles ».

 Avec d’autres policiers et un informateur, il entre en contact avec les Hells Angels d’Arizona afin d’amasser des preuves contre eux pour pouvoir les inculper devant un tribunal. Jay Dobyns nous raconte alors cette mission, et toutes les relations qu’il lie avec des Hells Angels à travers son personnage de Bird. A travers son récit, il décrit à la fois le fonctionnement de ces gangs et des valeurs parfois paradoxales qui les composent, et ce que vit un flic infiltré. Les Hells Angels sont un groupe marginal très structuré avec des règles très strictes pour intégrer le gang, tout en représentant la liberté et la solidarité. La mission d’infiltration est aussi très éprouvante pour l’auteur. Il doit assister à des choses avec un sentiment tout en en montrant un autre, il ne peut pas agir comme il le voulait. Comme les Hells Angels l’aiment bien, ils le sollicitent et l’impliquent de plus en plus dans leurs affaires, tandis que lui les côtoient avec des sentiments contradictoires – appréciant certaines qualités de ces hommes tout en restant conscient de ce dont ils sont capables.

Tout cela est très bien raconté par l’auteur qui arrive à embarquer son lecteur dans ce tourbillon qui l’a embarqué lui. Cet univers – tant celui des Hells Angels que celui des agents infiltrés – est très fascinant. Jay Dobyns a été lessivé par cette mission et on sent bien la tension qui finit par apparaître au fil des pages. Ses propos sont très francs, il ne fait pas de bons sentiments, témoignant simplement et avec force de son métier et de son expérience.

Je ne suis pas sûre que ce roman soit toujours disponible – sa maison d’édition n’existant plus – ce qui m’interroge d’ailleurs sur l’intérêt de cette chronique. Mais sait-on jamais ? En tous cas, j’ai beaucoup aimé cette lecture et cette autobiographie m’a bien intéressée.

Exécutions à Victory – S. Craig Zahler

S. Craig ZAHLER

Exécutions à Victory (Traduit par Sophie Aslanides)

Editions Gallmeister, 2015

468 pages

Collection Néonoir

Présentation de l’éditeur

Après un échange bref et brutal avec un flic de l’Arizona, un homme d’affaires se suicide. La sanction tombe aussitôt. Jules Bettinger, le flic désobligeant mais très décoré, est muté avec femme et enfants dans un trou perdu. A Victory, dans le Missouri. Là des pigeons morts jonchent les rues et on dénombre plus de sept cent criminels pour un policier. Bientôt, dans cette ville glaciale, ce ne sont pourtant pas des pigeons mais des cadavres mutilés que Bettinger va ramasser à la pelle.


Jules Bettinger aurait dû faire preuve de plus de tact quand cet homme est venu lui parler de la disparition de sa très jeune petite amie avec un paquet d’argent sous le bras. Le suicide est brutal, tout comme la mutation à Victory, Missouri. Au delà du fait qu’il y fasse froid – chose que Bettinger déteste -, les statistiques de la criminalité sont affolantes : on dénombre 1 flic pour 700 criminels. Jules se met au travail, affublé d’un nouveau partenaire, Dominic Williams, policier rétrogradé pour avoir tabassé un suspect. L’arrivée de Bettinger bouscule un peu les habitudes du commissariat, et notamment celles de son coéquipier qui n’apprécie ni ses méthodes, ni sa façon de fouiner dans des affaires qui ne le concernent pas. Puis, deux jours après l’arrivée de Bettinger, c’est l’hécatombe et des attaques se multiplient en ville.

Exécutions à Victory se passe dans cette frange des USA où la loi a tellement peu d’effet que se pose la question, pour les policiers : comment faire son métier efficacement sans pencher vers l’illégalité ? Ce roman montre le moment où la question ne se pose plus puisque la survie devient le seul impératif.

L’auteur pose un fabuleux décor pour son récit noir et violent. Victory est une ville glaciale, miséreuse, avec des quartiers délabrés voire abandonnés qui sont devenus des zones de non droit. Il y a ces cadavres de pigeons qui tombent du ciel, et on y hait la police. L’ambiance est donc sombre comme il faut, glauque et pesante à souhait.

J’ai beaucoup aimé le personnage de Jules Bettinger. Il est blasé, cynique, a une bonne répartie et l’ironie facile. Le sarcasme et l’humour noir sont bien sûr au rendez-vous, dans des dialogues finement ciselés. L’écriture est efficace et embarque son lecteur pour le plonger dans Victory, son ambiance, puis l’action se fait haletante jusqu’à son dénouement. Il y a aussi un côté réaliste qui fait que cette histoire paraît très plausible, que ce soit dans la description de la ville ou les portraits de personnages.

Vu tous les points soulevés dans le paragraphe précédent, on pourrait penser que je sois très enthousiaste à cette lecture. Mais ce n’est pas vraiment le cas. J’ai plutôt été dérangée par l’histoire de Victory et les évènements qui la secouent. Le livre n’est pas mauvais, mais j’ai moins bien supporté les descriptions glauques des horreurs qui sont exécutées. J’ai d’ailleurs été plutôt étonnée de voir que c’était peu soulevé dans les chroniques, c’était donc peut-être un ressenti très personnel par rapport à cette histoire. Le livre n’est pas mauvais en soi, c’est un bon polar, très violent quand même, à l’aune de son contexte et de cette ville, Victory, et malgré le personnage, malgré les dialogues, malgré tous ces éléments qui font d’ordinaire les polars que j’aime, c’était plus dérangeant pour moi que jubilatoire.

8470b-abc2016